Note de lecture La beauté du geste et la machine mémoire de fin d’étude . Pierre Charrié sous la direction de Laurence Salmon, ENSCI , les ateliers 2008

Note de lecture

La beauté du geste et la machine
mémoire de fin d’étude . Pierre Charrié sous la direction de Laurence Salmon, ENSCI , les ateliers 2008

Définition du geste ;
Petit Robert «  mouvement du corps ( principalement des bras, des main, de la tête) volontaire ou involontaire révélant un état psychologique ou visant à exécuter quelque chose , simple mouvement expressif ou caractéristique , acte ou cation. Petit Robert 2000
Acte, action; dans le Larousse : » Manière de mouvoir,le corps, les membres et , en particulier de mouvoir les mains dans un but de préhension , de manipulation. Métier qui demande une précision dans le geste ; synonyme=cation
le geste dit technique est plus spécifique, lié à une pratique, ou un travail particulier
geste technique= qui lie l’homme à son environnement= action sur la matière souvent avec un outil
les gestes du quotidiens = faire du vélo, nouer ses lacets
lié à un instruments du survie = agriculture
geste technique est fondateur de l’homme et universel
Définition de la machine
« objet fabriqué généralement complexe destiné à transformer l’énergie et à utiliser cette transformation ( à la différence de l’appareil et de l’outil qui ne font qu’utiliser l’énergie.
Tout système où existe une correspondance spécifique entre une énergie ou une information d’entrée et celles de sortie ; tt système utilisant une énergie extérieur pour effectuer des transformation , des exécutions d’un autre système » petit robert 2000
machin= extension du geste technique ?
La machine s’inspire du geste technique pour produire de meilleur résultat
définition machine -outil dans l’Encyclopédie
machine-outil= combinaison d’un moteur électrique fourniture d’une énergie constante et mécanisme de transmission
Pour Simondon, la «  la machine est un geste humain , déposé, fixé devenu sténotype et pouvoir de recommencement » du monde d’existence des objets techniques , Paris éditions Aubier 1958, 1969, 1989, p 138
En travaillant pour l’homme de manière autonome, la machine le libère et le prive de l’exercice du geste technique
HEGEL : «  la machine ne possède pas d’autodétermination »
marge d’inter déterminé qui définit la part de contrôle de l’homme sur son fonctionnement
c’est marge qui permet à la machine d’être sensible à une information extérieure à une information extérieure
machine et geste , quels rapports ?
Remplace l’autre ? Le geste ou le transformer ? machine=efficacité technique à la place du geste ? Quelle est la nature de ce qu’applique l’homme à la machine ? Comment se transmettent les informations ? Les savoir-faire ?
Légitimé du geste ?

Définition de la machine-outil
machine et machinisme
machine machina en latin=astuce , invention, produit fini ; mécanique , capable d’utiliser 1 source d’énergie comme pour effectuer par elle-même, sous la conduite ou non d’un opérateur, 1 ou plusieurs tâches en exerçant 1 travail mécanique sur outil. . Elle peut-être fixe ou mobile= dispositif similaire devant être supporté par 1 machine ou maintenu par 1 utilisateur est=outil
Si sa finalité est de produire de l’énergie mécanique = moteur
machine très polyvalent =robot
appareil/dispositif/notamment électroniques pas pour fonction de délivrer 1 travail mécanique =ordinateur, instrument de mesure ;
Machine -outil = améliorer la productivité et la reproductibilité
équipement mécanique destiné à exercer un usinage ou une autre tâche répétitive= moyen de production destiné à maintenir 1 outil fixe.
Tour et la révolution industrielle
1751 le tour de vaucanson
Frédéric Japy 1799= 1 dizaine de machines : «  à propres à simplifier et diminuer la main d’œuvre de l’horlogerie : « machine à couper, tour à tourner , machine à tailler les roues, machine à fendre les vis
l’expansion considérable de ces machines à faire les machines = machinisme = industrialisation
Machine et être vivant : de nombreuses controverses , êtres vivants = machines ?
Marie-héléne Parizeau , Geroges chapouthier (sous la retiration) l’être humain , l’animal et la technique , les presses de l’Université de Laval québec , canada 2007

p13 : première partie la transformation du geste
Rationalisation du geste d’usage
représentation en anatomie
André Vésale la fabrique du corps humain (1514-1564) la machine humaine= début de l’analyse du vivants
XVIII siècl=encyclopédie
Vaucanson (1709-1782) conçoit 1 serie de machines visant à simuler le comportement et les capacités d’1 être vivant =reproduire le vivant à travers la mécanique , machine peut remplacer l’ho
machine -outil=métier à tisser dt automatiser , 1 grde partie de fonctionnement . L’ouvrier n’ayant plus pour rôle que d’approvisionner en énergie mot
Evans ( 1755-1819) met au point 1 procédé totalement autonome de mouture de grain qui nécessite aucune intervention de la part du meunier
geste technique considéré comme geste isolé
Etienne Jules Marey ‘ 1830-1904) compréhension du mvt chronophotographie , série d’instantanés juxtaposés -représentation d’1 mvt complexes en plusieurs étapes ; gestes des êtres humains
le cinématographe considéré comme la manière la plus efficace de documenter le déroulement d’& action.
Vsion d’un geste au ralenti
Gilbrecht, ingénieur des travaux publics et sa femme enregistrements et représentation graphiques du travail manuel
exitence autonome au geste : geste d’un maçon montant un mur
Gilbrecht (1868-1924) vent montrer que les gestes peuvent être considérés comme une simple trajectoire qu’ils soient isolés de la pratique à laquelle ils rattachent une hypothèse : tt geste est potentiellement améliorable et reproductible par la voie de la mécanique
P 24 déresponsabilisation et standardisation du geste.
XVIII e S= prolifération de machines ; homme et machin vers 1 effort coordonné
XIX fragmentation du processus de production
Frédéric Winslow Taylor (1856-1915) « organisation scientifique du travail » =chronométrer et raccourcir les tps d’exécution des gestes des travailleurs de manière à optimiser le fonctionnement de la chaîne de production des les automobiles de ford
le geste est simple et répétitif comme des LES TEMPS MODERNEs de Chaplin (1936)
le savoir-faire développée par lho ne s’exprime plus à trvaers les mains et dans la symbiose entre le geste , un outil plus au moins complexe
« le geste et la parole » leroi-gorhan =extériorisation du cerveau moteur avec l’industrialisation
Le geste et la parole , la mémoire et les rythmes, Paris, Albin-michel 1955)
De fait le geste n’est pas incarné dans l’objet de l’ère industrielle, il ne laisse pas de trace = c’est la marque de fabrique qui identifie l’objet ;
tt n’est pas automatisé= ergonomie, efficacité au travail
difficulté à faire correspondre ho et machine= ergonomie
1923 le salon des arts ménagers contribue à la popularisation de la mécanique domestique
Ces objets domestiques= n’ont + besoin de la participation motrice de l’ho et ils gèrent seuls les différents étapes d’1 opération standardisation de geste= tourner ou pousser 1 bouton
Jean Baudrillard définit ce changement comme « le passage d’un geste universel de travail à un geste universel de contrôle gestuel , de contrôle « 
automatisation = petit Robert qui s’accomplit sans la participation de la volonté ;
comment le geste s’adapte-t-il à la logique de la machine
p33 : histoire du geste d’utilisation , rapport physique élémentaire entre l’objet et le corps
observer et manipuler pour comprendre le fonctionnement de l’objet ,mais pour les objets qui contiennent de la technique
automatisation = le geste aveugle et le bouton
boutons, touches, remplacement, manches, manettes, poignées et poids
non spécialisation)= OS
utilisateur doit pouvoir donner 1 ordre précis à travers 1 geste standardisé
interface= mode d’emploi
mémorisation+ que la compréhension
bouton= zone fonctionnelle , zone d’information, doit marquer l’efficacité de l’action , témoin lumineux,
signaux entre le geste aveugle de l’utilisation et le travail invisible de la machine.
Geste et signal
informatique = geste et imagé
outils interactifs
équilibre entre geste physique et geste imagé
informatique = métaphore du bureau:icône = objet machine ; réification, principe de réification = métaphore de l’atelier
vers une marginalisation du geste ?
Geste loisir, bricolage, peintre
geste d’usage des objets= corvées
gestes loisirs opposés à gestes du travail ?
Automatisation = progrès ?
Automatisation de la force matrice est un progrès accessible à tous
Le travail est effectué par la machine mas la prise de décision appartient toujours à l’utilisateur.
Remise en cause du comportement actif et dynamique de l’utilisateur
l’exécution d’ 1 action par l’utilisateur ou le délégation de cette action à la machine sont deux principes opposés «  approche instrumentale où la machine agit co 1 outil que l’utilisateur manipule pour augmenter ses propres capacités et l’approche cognitive selon laquelle l’ordinateur est un partenaire. « objets intelligents » =intelligence artificielle ?,
Ces notions évoquent le geste en tant qu’acte
geste= ACTE
La disparition du geste en tant qu’ ACTE au delà de la facilité et de la rapidité peut aussi être une forme de pauvreté
P 63 la manipulation de la l’impalpable
« le milieu associée est médiateur de la relation relation entre les éléments techniques fabriqués et les éléments naturels au sein desquels fonctionne la techniques « ( ‘simondon)
miniaturisation des composants , donne un nouveau statut aux gestes d’usages :
nouveaux standards d’interaction
question de la légitimité , de la matérialité et de la technologie

p 78 le corps comme interface
1 dispositif de commande capable d’acquérir et de produire des informations mécaniques en provenance et à destination de la machine
Marcel Mauss  «  le corps est le premier et le plus naturel instrument de l’ho ; ou plus exactement

sans parler d’instrument le premier et le plus naturel objet technique et en même temps moyen technique de l’ho c’est son corps «  (1950 les techniques du corps in « sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1983 p 372
Charles Hacks « le geste » Paris Imprimerie C margon, et Flammarion , 1892
p 91 la réalité physique comme support l’Ho dans son milieu
geste équipé , outillé, traits pré-culturels, humanité ?
Leroi-Gourhan : « l’outil n’est réellement que dans le geste si il le rend techniquement efficace «  le geste et la parole, p 35

geste = médiateur fertile entre l’ho et la matière, la pensée et l’outil. Le geste n’est plus 1 condition nécessaire au fonctionnement de la machine
automatisation , commande à distance
machine insuffle sa propre logique
p106= appropriation de la technique
Bernard Stiegler : quand s’usent les usages «  Fascination et priorité de la technologie
P 120:le geste co acte participatif
P 127 conclusion :
du geste d’usage à l’usage du geste
geste fonctionnel et objectif
montrer, toucher attraper
les gestes fonctionnels se sont éloignés d’un savoir-faire technique au fur et à mesure que les objets se sont complexifiés .
La transmission entre les différentes qualités du geste et le résultat produit par l’objet se sont de + en + distancés avec la mécanisation , l’automatisation et la technique

les gestes conçus pour être appliqués aux nouveaux objets technologiques sont canalisés et dirigés par interface
en informatique , interface= « fonction permettant un transfert d’information entre deux éléments d’un système informatique
l’association du geste et de l’objet est en elle même interface entre l’homme et la technique

Une méthodologie pour la conservation et la restauration du patrimoine industriel, scientifique et technique

La conservation du patrimoine est “  une démarche collective à l’égard du savoir-faire technique porteur de valeurs matérialistes et spirituelles. A ce titre, ses vestiges constituent des témoignages du génie universel  ”.1 Les éléments mobiliers et immobiliers du patrimoine industriel sont destinés à devenir des outils d’aménagement culturel , de développement de nouvelles activités dans le domaine de la conservation. Tout est devenu élément du patrimoine. Tout peut entrer dans la collection d’un musée pour être conserver, valoriser et diffuser. Pour réfléchir à une méthodologie de la conservation et de la restauration d’un objet industriel, la Direction des Musées de France a constitué un groupe de travail
Mais cet objet industriel quel est-il  ?
L’objet industriel en suivant la classification technique de Leroi-Gourhan peut se répartir ainsi  :
 L’outil manuel qui relève du domaine de l’artisanat
 La machine automatique
 La machine-outil,
 L’outil programmé.
A cette classification pertinente d’un point de vue technique et dont on doit tenir compte dans un acte de restauration, viennent s’ajouter des critères patrimoniaux  : c’est alors une classification par genre ou par catégorie.
 Les collections scientifiques qui sont l’héritage des collections de cabinet de curiosité du XVIIIe siècle
 Les collections techniques. Ce sont des collections de modèles utilisées pour l’enseignement ou la connaissance d’une technique
 Les collections industrielles  ; elles sont liées à une branche de l’industrie et représentent toute
la chaîne opératoire depuis l’extraction, la transformation jusqu’au produit fini
 Les collections concernant le transport et les communications.
.
L’objet industriel fabriqué en série constitue aujourd’hui notre univers quotidien. L’objet artisanal sous la pression des innovations technologiques, par la maîtrise des énergies et le perfectionnement des techniques de production, par la découverte de nouveaux principes de fonctionnement et d’utilisation fit place à l’objet industriel. L’art du XX e siècle par le dépassement des catégories esthétiques refuse l’opposition entre objet d’art et objet industriel (le Bauhaus). L’objet industriel devient ainsi le fondement d’une esthétique ancrée dans la réalité contemporaine. Il devient représentation d’un langage et entre dans le domaine muséal. C’est alors le musée sans fin. Cette entrée au musée de l’objet industriel fait pénétrer celui-ci dans un autre champ muséal et sa restauration prend alors une dimension tout autre.
Bien sûr, il existait avant le XX e siècle des collections d’objets techniques et industriels puisque Liebniz dans une lettre de 1675 propose “  que quelques personnes de considérations entendues aux belles curiosités et surtout aux machines soient d’accord pour en faire une représentation publique  ”. Il a donc une idée de valorisation des collections puisque, plus loin, il précise que cette exposition sera faite de telle manière que “  tout le monde en serait charmé et comme éveillé et l’entreprise pourrait avoir des suites aussi belles et importantes que l’on ne saurait imaginer.
Les musées techniques à la suite de la création du musée national des Techniques se multiplient au XIX e siècle, sous l’impulsion des expositions universelles et des expositions des arts industriels. Ainsi en 1848 naît à Lille un industriel. La salle des machines de l’exposition universelle de 1889 aura un héritage important .
De leur côté des industriels comme les Schneider au Creusot ou les Meunier à Noisiel créent des espaces de présentation dans leurs usines . Ainsi “  la cathédrale  ” à Noisiel possédait une galerie où les visiteurs de marque pouvaient assister au concassage du cacao. C’est alors le musée dans l’usine .Les chambre de commerce créent aussi leur propre musée comme le musée des textiles de Lyon. Mais jusqu’à l’après-guerre, ces musées sont encore inscrits dans un contexte vivant économiquement  ; il n’existe pas de rupture entre le musée et sa représentation . Il n’y a donc pas à proprement parler d’acte de conservation et encore moins de restauration  . C’est l’accélération décisive de l’industrialisation sous les Trente Glorieuses en France qui va entraîner une rupture entamée au XIXe siècle et qui va faire entrer dans le champs patrimonial l’objet industriel .

Le groupe de travail s’est donc constitué en 1996 et il s’est réuni régulièrement.
Le travail a été constitué en deux étapes  : des visites sur le terrain et des groupes de réflexion.
Les visites étaient thématiques et permettaient d’appréhender un aspect du problème de la conservation et de la restauration d’un objet industriel. La visite de la Fondation Berliet à Lyon a permis de mieux saisir le rôle de la documentation dans une opération de restauration et tout particulièrement la documentation technique à réunir dans une étude préalable à la restauration .
La visite du siège social de la RATP ( Régie autonome des transports parisiens) a permis de percevoir des choix de restauration (restitution, reconstruction) en liaison avec la culture d’entreprise
La visite à l’Ecomusée du Creusot a permis de mieux saisir comment un chantier de restauration du patrimoine industriel peut s’intégrer dans un une action à but social à travers un chantier de réinsertion.
En effet, l’écomusée du Creusot possède une ancienne fabrique de tuiles à Ciry le Noble. En collaboration aven l’AFPA (association de formation professionnelle pour adultes), l’équipe du musée organise un chantier de restauration des bâtiments et des objets . Ce type de chantier pose un problème central abordé tout au long des réunions du groupe  : l’encadrement et le suivi des chantiers  : les problèmes des études préalables, et le rôle des savoir-faire dans des opérations de restauration des objets industriels.
Il a ensuite été décidé, pour capitaliser les expériences présentes dans le cadre de ce groupe de travail de mettre au point une grille d’évaluation des opérations de restauration. Cette grille avait pour but d’interroger les participants du groupe sur leurs pratiques pour ne dégager une méthodologie de la conservation et de la restauration d’un objet industriel. Ce questionnaire met sur les résultats attendus d’une restauration et les objectifs que l’on s’est donné pour y parvenir. Les premiers entretiens ont permis de mettre l’accent sur deux problèmes le plus souvent rencontrés  : le projet de restauration doit être clairement défini au préalable et le rôle de chacun dans l’équipe.
D’autres groupes de réflexions se sont mis en place comme les collections d’étude en collaboration avec la FEMS (fédération des écomusées et musées de société).Dans un musée technique doit-on tout mettre sur l’inventaire du musée et donc doit-on tout conserver voire restaurer  ?Il semble qu’il faille valoir faire un choix car les objets sont souvent multiples ou en série  ; ils peuvent avoir un intérêt muséographique mais non patrimonial. L’objet ne prend souvent de la valeur que par le témoignage qu’il est censé porté  ; il faut donc tenir compte de cette spécificité dans l’inventaire d’un musée. Il est pour le moins arbitraire de faire un sort particulier à l’objet (le document en trois dimensions), qui prendra place dans la collection est de traiter comme secondaire la photographie qui restitue l’objet dans son cadre , la bande sonore où l’informateur à consigner des informations indispensables à la compréhension de l’objet. Que choisir donc de façon aussi raisonné que possible, dans un ensemble donné  ; quel objet, quelle série d’objet sera plus représentative qu’une autre pour rendre compte d’une activité, d’un mode de vie, d’un type de comportement. Cette sélection nécessite un travail de recherche préalable  . Il faut distinguer la collection de référence qui correspond au projet scientifique du musée des autres objets utilisés dans un but pédagogique ou muséographique
Mais dans le cas d’objets industriels , domaine où l’on sait que la disparition est extrêmement rapide ne faut-il pas constituer des collections d’étude et proposer un moratoire, un temps pour les étudier avant leur inscription sur l’inventaire d’un musée.
La conservation des savoir-faire  .
En effet, pour assurer une bonne présentation et une bonne conservation des objets industriels, la sauvegarde de différentes compétences est indispensables.
La diversité des compétences est indispensable. Elles peuvent s’analyser ainsi  :
 Les compétences “  actives  ”  : les restaurateurs, les industriels, les artisans, les ouvriers et leur savoir-faire,
 Les compétences “  théoriques  ”  : les conservateurs, les historiens des techniques et les restaurateurs,
 Les compétences en voie de disparition  : les savoir-faire  ;
En effet, les musées créés dans les années 70 reposent pour leur mise en valeurs sur d’anciens ouvriers de la branche industrielle concernée  ; ce sont eux qui assurent la restauration, la maintenance, l’entretien amis aussi l’animation du musée  : visites guidées, démonstration de machines en fonctionnement Ainsi, au musée de la mine de Lewarde, ce sont d’anciens mineurs qui assurent l’animation du musée. Ils réparent et entretiennent les objets de collection. Une telle pratique a ses propres limites  ; en effet, ces anciens ouvriers n’ont pas toujours conscience qu’ils travaillent dans un musée.
Cette conservation des savoir-faire possède également une autre limite  : le risque de faire de “  l’acharnement thérapeutique  ”.C’est- à- dire vouloir conserver à tout prix, pour des raisons de valorisation patrimoniale des savoir-faire qui ont disparus. En effet que vont devenir tous ces musées dont le dynamisme repose sur d’anciens ouvriers retraités  ? Comment vont-ils muséographier quand les acteurs principaux auront disparus  ?
Comment conserver et transmettre les savoir-faire indispensables à une bonne conservation et restauration des objets industriels  ?
Mais aujourd’hui se pose alors le devenir de ces musées et de la conservation des savoir-faire dont les métiers de la restauration ont besoin pour une bonne conservation des machines et pour leur maintenance et leur entretien dans le cas surtout d’une remise ne fonctionnement de l’objet  . Mais il faut avoir conscience qu’il est impossible de conserver tous les savoir-faire. Certains d’entre eux vont disparaître d’une façon irrémédiable  . Cette obsolescence peut entraîner la disparition des objets ou alors une transmission incomplète de ceux-ci; ce qui rendra toute valorisation patrimoniale difficile. Mais dans certains domaines, il est encore temps de faire des enquêtes auprès de leurs détenteurs et d’étudier des modalités de transmission pour les musées. On pourrait intégrer le savoir-faire des anciens métiers dans les écoles d’ingénieurs et dans les écoles de restauration Néanmoins cette conservation des savoir-faire possède également une autre limite  : le risque de faire de “  l’acharnement thérapeutique  ”c’est-à-dire vouloir conserver à tout prix , pour des raisons de valorisation patrimoniale des savoir-faire qui ont disparu. C’est une conservation artificielle qui tend vers la “  réserve  ”. En même temps que la présentation d’objets, on muséographie des hommes.
Il faut donc réfléchir à une muséographie positive de ces savoir-faire utiles pour la conservation du patrimoine industriel.

Ces premières analyses et les réponses aux questions ont permis d’ébaucher un début de réflexion pour l’élaboration dune méthodologie de la conservation-restauration d’un objet industriel.
Il faut définir avec précision certains critères et suivre un processus strict lors des opérations de restauration.
1. Le statut de l’objet. Est-ce un objet unique conservé à un seul exemplaire, un prototype, une maquette, un objet de série, un objet pédagogique… En effet, ce statut de l’objet est déterminant dans le choix du parti pris de restauration.
2. Le diagnostic . Un constat d’état précis de son état de conservation et de son intégrité
3. Un projet scientifique et culturel autour de l’objet. En effet, l’acte de conserver, selon l’acception actuelle est une conséquence d’une  “  rupture cachée  ”2 entre l’objet et sa tradition de production. Il devient alors un besoin d’assimilation du passé. La restauration prend alors une dimension critique et historique. La conservation-restauration est donc là pour donner du passé une image actuelle. Il est donc essentiel que l’objet à restaurer soit préalablement étudié et compris sous tous ces aspects, quitte ensuite à privilégier pour des raisons muséographiques ou techniques un aspect. Il est donc important de définir pour chaque objet un projet scientifique et un type de valorisation et de présentation  .Différents critères peuvent être retenus dans un projet et un même objet peut répondre à plusieurs critères  : critère historique, technique, d’histoire des techniques, sociologique ou socio-économique et même un critère esthétique. Ces différents critères permettent de définir l’intentionnalité de l’objet et la valeur qu’on lui accorde. Il faut alors définir le type d’intervention d’une simple conservation jusqu’à une restitution. D’une conservation statique à une présentation en mouvement.
4. la constitution d’une équipe interdisciplinaire qui regroupe toutes les compétences nécessaires à un projet de restauration d’un objet industriel  : Un historien des techniques, un restaurateur, un ingénieur, le conservateur responsable juridique de l’œuvre  ; les détenteurs de savoir-faire…Le travail d’une telle équipe “  se caractériserait par un échange permanent d’hypothèse et de raisonnement de ses membres. Ainsi le résultat obtenu bien supérieur à l’addition par la juxtaposition des conclusions individuelles et chacun se serait enrichit des techniques et des connaissances de l’autre. Le résultat appartient à tout le monde  ”
5. la rédaction d’une étude préalable. Il faut définir avant toute opération de restauration les objectifs de celle-ci. Pourquoi conserver cet objet, Comment le conserver  ? Quel projet muséographique veut-on développer  ? Est-ce une présentation statique ou en mouvement  ? Il faut donc faire une étude préalable qui étudie l’objet sous tous ses aspects et définit les choix de la restauration mais aussi les conditions d’exposition, de présentation, d’entretien et de maintenance dans le musée. Cette étude doit donc comprendre une approche historique et technique, un constat d’état, des propositions de restauration. Elle doit rassembler les archives disponibles autour de l’objet ainsi que les témoignages oraux de ceux qui à un titre ou à un autre ont participer à la ‘élaboration de l’objet. Une telle étude est évidemment un travail d’équipe. Elle doit définir avec précision les types d’intervention sur l’objet et doit justifier ce choix. Les interventions dépendront de la diversité des approches dans le respect du message que doit transmettre l’objet. Ces interventions peuvent se répartir de la façon qui suit  :
 Une conservation –restauration archéologique  : Cette restauration vise à conserver l’objet dans l’état dans lequel il nous est parvenu. Elle consiste essentiellement en des opérations de stabilisation.
 Une conservation- restauration technique. C’est le message technique de la machine qui est ici privilégié. Les interventions visent à rendre lisible cette dimension technique sans pour autant nécessairement refaire fonctionner la machine.
 Une restauration fonctionnelle. Dans ce type d’intervention, il est alors procédé à une remise en fonctionnement dans un cadre “  muséal  ”c’est-à-dire fondamentalement différent du contexte d’origine de la machine. Les conditions de sécurité d’un établissement recevant du public peuvent modifier l’aspect de la machine. Par exemple comment faire fonctionner un métier à tisser  ? A vitesse réelle ou réduite  ? Selon quelle fréquence  ? Qui va faire fonctionner et entretenir cette machine,  ? Qui va la restaurer  ? Ce type d’intervention pose le problème du rôle de chaque intervenant de l’équipe  et celui de la collecte et de la conservation savoir-faire nécessaire à la remise en fonctionnement.
 Une conservation de type “  ethnologique  ”. C’est une démarche globalisante qui conserve aussi bien la matérialité de l’objet que ses dimensions immatérielles qui l’entourent ( message, savoir-faire, archives) pour redonner à l’objet toute son authenticité et toute son intégrité. Cette conservation permet aussi de définir les acteurs de la conservation-restauration et le rôle de chacun en fonction du degré d’intervention et selon le projet muséographique ou de valorisation de l’objet ou du site retenu.
6. La rédaction d’un cahier des charges qui doit définir toutes les interventions sur l’objet et qui doit également prévoir les mesures d’entretien et de maintenance de l’objet
7. Le suivi et l’encadrement des opérations avec une définition précise des rôles de chacun ( maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre )
8. La documentation qu’il faut réunir pour une connaissance exacte de l’objet et pour un suivi des opérations de restauration.

Le principal problème rencontré lors d’une opération de restauration d’un objet industriel est d’abord celui de la définition préalable du projet de restauration et de la “ muséographie  ”  ? Pourquoi le conserver et que veut-on dire avec lui  ? Il est nécessaire que ces questions soient résolues avant de commencer les interventions de restauration.
Le choix de la remise ne fonctionnement pose aussi des problèmes variés qui sont alors d’ordre technique, sécuritaire  et financiers mais aussi humains. Se pose alors le problème de l’intégration des savoir-faire dans un projet de restauration. Cette intégration n’est possible qu’à certains conditions  : s’il n’y a pas de confusion entre la restauration, la réparation et la restitution.
La conservation des éléments immatériels ( archives, enquêtes.  ) est un des enjeux de la restauration d’un objet industriel. Or cette conservation n’est pas aisée car beaucoup d’éléments ( les archives) ont disparu.

En conclusion, on peut dire que la conservation –restauration d’un objet industriel nécessite une méthodologie qui prenne en compte tous les aspects de l’objet dans une vision globalisante . Elle est alors une œuvre de collaboration d’une équipe interdisciplinaire

Techniques et musées

Ce carnet a pour objet l’étude historique de la culture technique muséale et de son évolution depuis les années 1960, moment de la création par A. Malraux du ministère de la Culture aux années 2000, moment d’un double tournant, pour ne pas dire une rupture, technologique d’une part avec l’émergence de la virtualisation, économique d’autre part, avec les mise en place d’un projet muséal désormais centré sur la rentabilité économique et le tourisme. Il ne s’agit pas d’interroger la constitution des collections scientifiques et techniques, sujet déjà bien traité et désormais bien connu. Il s’agit à travers un corpus d’archives constitué de sources écrites (les archives muséales) et matérielles (les objets muséaux), d’une part d’interroger la notion de matériaux, de processus techniques telle qu’elle s’est progressivement établie au sein de la culture musela et comment cette notion a évolué; d’autre part, d’analyser l’impact en retour de cette culture technique spécifique, sur la notion-même de « collection » et de sa pratique dans les Musées de France dans cette période. C’est une approche en histoire de l’art qui a souvent été privilégiée pour l’étude des collections de musée, une approche esthétique qui étudié plus la forme, l’iconographie, l’intégration de ces formes et de ces images dans un école artistique, un courant stylistique en ignorant souvent l’histoire matériel et technique de l’objet ou de l’oeuvre.