Exposition Tombé de métier au mobilier National , Galerie des Gobelins – Paris 19 octobre 2016 – 8 janvier 2017: du régime de la pratique au régime de la technologie

20161018_194155

cercle chromatique de Chevreul

« A travers la présentation des dix huit dernières créations d’artistes contemporains, l’exposition Tombée de métier met en lumière la vitalité, l’inventivité, la diversité des savoir-faire textile.

L’oeuvre tissée n’est pas une copie mais une création à part entière où s’actualise et se déploie le potentiel contenu dans chaque modèle. Une nouvelle matière, de nouvelles dimensions, le travail des teinturiers et le talent des liciers concourent à lui conférer une véritable originalité et une expressivité particulière.

Dans un monde hyper technicisé, en proie à un mouvement général d’accélération, les savoir-faire artisanaux, marqués par la lenteur et la patience, paraissent offrir une forme de résistance. Dans les manufactures le temps est comme suspendu.Le travail s’inscrit dans un temps long, c’est un avantage qui permet d’ aller plus loin, à chaque étape. Dans chaque œuvre textile se discerne l’histoire de la croyance au savoir-faire humain.

Ce n’est pas seulement la beauté qui nous émeut, c’est la force de l’histoire que chaque œuvre nous révèle. Ainsi, l’Art et le Métier d’art réinventent le monde et le temps dans lequel nous vivons. »

Cette exposition nous montre des savoir-faire au tournant des nouvelles technologies et des humanités numériques. De la conception des cartons de tapisserie à la conception numérique   des dessins par impression numérique sur la chaine

L’exposition nous montre aussi le laboratoire de Chevreul .

Michel-Eugène Chevreul (1786–1889) est un chimiste français connu pour son travail sur les acides gras, la saponification, la découverte de la créatine. Ces travaux lui valurent la médaille Copley en 1857.

Nommé directeur de la Manufacture des Gobelins, il appuya le travail de teinture sur des recherches sur la perception des couleurs. Il expose dans son ouvrage De la loi du contraste simultané des couleurs et de l’assortiment des objets colorés des principes qui influencèrent durablement les artistes peintres.

Dans le domaine des couleurs, Chevreul s’est fait connaître des peintres pour sa loi du contraste simultané des couleurs : directeur de la Manufacture des Gobelins, il est saisi des plaintes de teinturiers qui observent que certaines teintures ne donnent pas les couleurs qu’on en attend. Il découvre d’abord que certaines teintures ne sont pas chimiquement stables. Mais surtout, il conclut de ses expérimentations que les problèmes les plus délicats ne sont de nature ni chimique, ni physique, mais physiologique : ce ne sont pas les pigments qui sont en cause, ni la combinaison des lumières colorées, mais la vision des couleurs quand des surfaces distinctes colorées différemment se trouvent à proximité. Chevreul décide alors de traiter scientifiquement la chose à fond ; dès 1828, il publie un mémoire, développé en 750 pages en 1839 : De la loi du contraste simultané des couleurs. Il y montre qu’une couleur donne à une couleur avoisinante une nuance complémentaire dans le ton  les complémentaires s’éclairent mutuellement et les couleurs non complémentaires paraissent « salies », comme lorsqu’un jaune placé près d’un vert prend une nuance violette.

Il conçoit un système de classification rationnelle des couleurs fondé sur un cercle chromatique, visant à un écart de couleur régulier, la notion de clarté.

L’exposition nous montre aussi la matière première des tapisseries et l’évolution des techniques de teintures.

 

Jade, des empereurs à l’Art Déco Du 19 octobre 2016 au 16 janvier 2017 au musée national des arts asiatiques –Guimet: une exposition sur l’histoire des techniques

Cette exposition est faite en partenariat avec le musée de Tapei : Le Musée National du Palais à Taipei Le Musée national du palais de Taipei a recueilli les collections du palais impérial de la Cité interdite de Pékin, il abrite quelques 640 000 pièces d’art chinois. Les collections impériales (environ vingt mille caisses) ont effectué un périple fantastique pendant quarante ans de plus de douze mille kilomètres, entre leur départ, pour fuir les bouleversements et vicissitudes militaires, et leur entreposage à Taipei. Il ouvre ses portes en 1965. Ces trésors impériaux accumulés par les souverains éclairés, collectionneurs et artistes eux-mêmes, depuis le 12ème siècle, retracent 7000 ans d’histoire de Chine : calligraphies, peintures, ouvrages anciens, bronzes, jades, céramiques.  

Cette exposition porte sur un matériau sa mise en œuvre,  ses usages et symboles

«Expression majeure de la civilisation chinoise et matériau aux multiples facettes, le jade s’inscrit dans l’histoire la plus ancienne de l’art chinois. Une tablette de la culture néolithique de Longshan (2300 – 1800 avant notre ère) évoque le précieux matériau qui accompagna l’empereur Qianlong toute sa vie. Celui-ci, fasciné par cette pierre, fit graver poèmes et sceaux sur les plus beaux jades de sa collection.

L’exposition s’attache à restituer le jade depuis son origine et aborde ses dimensions symbolique, esthétique et scientifique. Elle réunit de manière inédite, au côté d’un florilège d’oeuvres en jade du MNAAG, deux prestigieuses collections impériales chinoises jamais réunies jusqu’alors : celles du Musée national du Palais de Taipei et celles du Château de Fontainebleau, formant un rare ensemble auquel s’ajoutent de nombreux prêts issus du Louvre, du Musée des Arts décoratifs, du Musée Jacquemart-André, du Muséum d’Histoire naturelle…

Qu’il se contemple sous la forme de simples tablettes polies, offertes comme cadeaux princiers, de motifs animaliers émanant d’un bestiaire impérial, de coupes, pots à pinceaux sur le thème des lettrés ou de façon plus guerrière de lames au tranchant redoutable, le jade n’est pas seulement prisé des empereurs de Chine, des sultans de Samarkand, des souverains moghols et des shahs safavides d’Iran. Il est aux yeux des Chinois plus précieux que l’or et jouit d’une attractivité sans pareil en Europe, lorsque les jades orientaux font leur entrée dès le 17e siècle dans les collections royales françaises, comme en témoigne l’exceptionnelle coupe du cardinal Mazarin.

Le « musée chinois » de Fontainebleau constitué par l’Impératrice Eugénie conserve les derniers jades, principalement de l’époque Qing (1644 – 1911), entrés dans les collections des souverains français et provenant du sac du Palais d’été de Pékin.

Plus tard l’Art déco investit tous les thèmes et toutes les périodes de l’art chinois, respectant pour chaque « apprêt », l’éclat naturel du jade, du cristal de roche ou du laque. »

Le travail du jade. Cette section propose des illustrations du travail du jade en 1895

Panneau 2 Morphologie et exploitation du jade

«  substances naturelles des montagnes  et des rivières, le jade yu est exploité en Chine depuis plus de 8000 ans . Il est issu de roches préexistantes recombinées sous  l’effet de modifications diverses (température, pression, composition chimique ….)

Cette famille comprend plusieurs assemblages  différents de minéraux : la jadéite, la trémolite, et le kosmochlo. Pour désigner la pierre qui en résulte, nous parlerons génériquement de «  jade ».

D’une dureté de 6 à 7 sur l’échelle de Mohs – 10 pour le diamant- le jade est tenace sous la meule et ne peut se tailler  à facettes car sa texture compacte  résulte de l’entrelacement de microcristaux de silicates. Son éclat vitreux peut tendre au résineux voire au gras .

Le  jade est débité, mis en forme et travaillé selon différentes techniques. La pierre est d’abord dégrossie par percussion mécanique. Au fil du temps est apparue la technique  de découpe à la corde enduite de boue, de sable et d’eau.  Le foret est utilisé pour dégager des disques, des anneaux, et  de perles . S’ensuit un long polissage avec  abrasif très fin »

Cette section nous propose une reconstitution d’une chaine opératoire avec au mur la reproduction  de gravures extraites d’un ouvrage chinois de 1895 montrant les différentes phases de fabrication  d’un objet en jade  . cette ouvrage nous propose dans sa partie supérieurs des vignettes montrant un artisan travaillant dans son atelier et dans la  partie inférieure les outils avec des légendes. Cet ouvrage est structuré à la manière des planches de l’Encyclopédie .

Dans une vitrine, en dessous, on présente au visiteur les différents outils pour travailler le jade dont des forets , et un anneau circulaire pour le travail du jade.

Cette chaine opératoire est conçue comme intemporelle et on ne nous explique pas les évolutions de l’industrie du jade, sa mécanisation au XIX e et l’utilisation de matériaux de substitution pour l’exportation

Les couleurs du jade

Les origines de la civilisation du Jade en Chine

Le jade et la culture de Hongshan

Les jades de la culture de Hongshan (3500 à 2500 av. J-C) représentent fréquemment des animaux. Lors de fouilles à Jianping, par exemple, on a pu mettre à jour des dragons et des carapaces de tortues en jade. Mais cette culture est surtout connue pour sa production de zhulong, littéralement « dragon-cochon » Ce type de jade accompagna l’empereur Quian Long tout savie .

Il fait graver des poèmes et utilisa ces sceaux.  Sur  le jade néo lithique dont l’impact fut profond dans la civilisation chinoise, on en sait aujourd’hui de plus en plus : grâce à l’archéologie qui le remet dans un contexte d’usage et de pratiques chamaniques ou rituelles . Le jade est utilisé comme marqueur social en Chine ; il est le symbole du pouvoir absolu de l’Empereur. « La mélodie du jade » est d’ailleurs une expression souvent employée pour qualifier les paroles du souverain. Les aristocrates se doivent eux-aussi de posséder des objets en jade afin d’asseoir leur autorité ; on va notamment en retrouver dans leurs tombes.

Les disques bi

Sous les Zhou, le disque bi va venir remplacer les cong et devenir l’un des objets rituels les plus importants. Ce sont des disques de jade perforés, censés représenter le ciel. On retrouve ici encore le rôle apotropaïque accordé à cette pierre.

Des empereurs de Chine aux collections royales : La coupe de Mazarin

« La coupe (1) (PI. 1-2) est circulaire sur un petit pied bas, légèrement évasé. Le jade blanc est translucide et veiné. Le décor se compose de deux dragons affrontés et servant d’anses de part et d’autre de la coupe. Les deux dragons s’agrippent de la gueule et des pattes avant au bord de la coupe. La tête est rectangulaire et plate, prolongée par les oreilles et ornée de motifs gravés évoquant les yeux, le muftle et d’une sorte d’accolade entre les yeux et lesoreilles. La crinière partant de la tête se sépare en deux courts pans recourbés et en une longue traîne incurvée qui couvre le dos de l’animal et vient se terminer en courbe sur le corps de la coupe. Les deux pans peuvent être interprétés comme des cornes stylisées . Le corps rond des deux animaux, arc-boutés au bord de la coupe, se détache en haut relief sur la panse. De fines incisions et des gravures en boucles suggèrent lepelage sur le corps et sur les pattes. Les griffes courtes des pattes sont également incisées. Les pattes avant sont pliées et forment un coude en pointe rehaussé d’un motif de boucle incisé. La queue bifide se termine en deux volutes.

La mention « étonnée » dans l’inventaire de 1791 s’applique aux légères ébréchures qui apparaissent sur le bord droit de la crinière des dragons. Le mouvement parfaitement symétrique des deux dragons-anses anime la coupe de courbes et de contre-courbes. Le traitement des animaux présente des recherches de réalisme (attache et position des pattes, indications de pelage) liées à des partis décoratifs de stylisation (détails de la tête, crinière…).

De fabrication chinoise par sa technique et son décor, ce jade reste difficile à dater. Entré entre 1653 et 1661 dans la collection de Mazarin, nous ne connaissons pas les conditions dans lesquelles il a été acquis. A-t-il été présenté par un voyageur venant du Levant ? On sait que, plus tard, entre 1684 et 1688 Antoine Galland, le traducteur des Contes des Mille el Une Nuits, chargé par Louis XIV de lui acheter des pièces au Levant, envoya des monnaies, des manuscrits, des vases de pierres dures. Les animaux-anses permettront peut-être un essai de datation. Ils s’apparentent au dragon chi (v$t^), avec une crinière (ou cornes) particulière.

Le dragon chi, appelé « hydre » par les premiers collectionneurs occidentaux, est en effet caractérisé par l’absence de cornes, par une large tête féline, un corps sinueux le plus souvent sans écailles, des pattes rondes à griffes courtes, une queue typique qui s’incurve et se divise en deux ou trois projections qui s’enroulent en diverses directions ».[1]

L’exposition se termine par un objet fabriqué par la maison Cartier  au début du XX ième siècle : une étude pour une pendule magnétique « chimère » .

Cette exposition insiste surtout sur l’aspect symbolique et esthétique du jade et de son utilisation en Chien. Mais  elle présente aussi des aspects techniques , en expliquant les différents usages du jade et de ses couleurs.

Cette exposition illustre bien l’importance de l’’imaginaire dans l’usage d’un matériau : Dans la symbolique chinoise, le jade était une pierre relative à l’empereur, symbole d’un pouvoir absolu. L’empereur se devait d’arborer un sceptre de jade (Ruyi) lors des grandes cérémonies. Les cinq rangs de princes recevaient chacun une tablette de jade d’un type particulier.

[1] Pirazzoli-t’Serstevens Michèle. Un jade chinois des collections de Louis XIV au Musée Guimet. In: Arts asiatiques, tome 25,

  1. pp. 199-204;

doi : 10.3406/arasi.1972.1054

http://www.persee.fr/doc/arasi_0004-3958_1972_num_25_1_1054

un ouvrage chinois technique sur la fabrication d'objet enj ade 1895

un ouvrage chinois technique sur la fabrication d’objet enj ade 1895