Exposition Tombé de métier au mobilier National , Galerie des Gobelins – Paris 19 octobre 2016 – 8 janvier 2017: du régime de la pratique au régime de la technologie

20161018_194155

cercle chromatique de Chevreul

« A travers la présentation des dix huit dernières créations d’artistes contemporains, l’exposition Tombée de métier met en lumière la vitalité, l’inventivité, la diversité des savoir-faire textile.

L’oeuvre tissée n’est pas une copie mais une création à part entière où s’actualise et se déploie le potentiel contenu dans chaque modèle. Une nouvelle matière, de nouvelles dimensions, le travail des teinturiers et le talent des liciers concourent à lui conférer une véritable originalité et une expressivité particulière.

Dans un monde hyper technicisé, en proie à un mouvement général d’accélération, les savoir-faire artisanaux, marqués par la lenteur et la patience, paraissent offrir une forme de résistance. Dans les manufactures le temps est comme suspendu.Le travail s’inscrit dans un temps long, c’est un avantage qui permet d’ aller plus loin, à chaque étape. Dans chaque œuvre textile se discerne l’histoire de la croyance au savoir-faire humain.

Ce n’est pas seulement la beauté qui nous émeut, c’est la force de l’histoire que chaque œuvre nous révèle. Ainsi, l’Art et le Métier d’art réinventent le monde et le temps dans lequel nous vivons. »

Cette exposition nous montre des savoir-faire au tournant des nouvelles technologies et des humanités numériques. De la conception des cartons de tapisserie à la conception numérique   des dessins par impression numérique sur la chaine

L’exposition nous montre aussi le laboratoire de Chevreul .

Michel-Eugène Chevreul (1786–1889) est un chimiste français connu pour son travail sur les acides gras, la saponification, la découverte de la créatine. Ces travaux lui valurent la médaille Copley en 1857.

Nommé directeur de la Manufacture des Gobelins, il appuya le travail de teinture sur des recherches sur la perception des couleurs. Il expose dans son ouvrage De la loi du contraste simultané des couleurs et de l’assortiment des objets colorés des principes qui influencèrent durablement les artistes peintres.

Dans le domaine des couleurs, Chevreul s’est fait connaître des peintres pour sa loi du contraste simultané des couleurs : directeur de la Manufacture des Gobelins, il est saisi des plaintes de teinturiers qui observent que certaines teintures ne donnent pas les couleurs qu’on en attend. Il découvre d’abord que certaines teintures ne sont pas chimiquement stables. Mais surtout, il conclut de ses expérimentations que les problèmes les plus délicats ne sont de nature ni chimique, ni physique, mais physiologique : ce ne sont pas les pigments qui sont en cause, ni la combinaison des lumières colorées, mais la vision des couleurs quand des surfaces distinctes colorées différemment se trouvent à proximité. Chevreul décide alors de traiter scientifiquement la chose à fond ; dès 1828, il publie un mémoire, développé en 750 pages en 1839 : De la loi du contraste simultané des couleurs. Il y montre qu’une couleur donne à une couleur avoisinante une nuance complémentaire dans le ton  les complémentaires s’éclairent mutuellement et les couleurs non complémentaires paraissent « salies », comme lorsqu’un jaune placé près d’un vert prend une nuance violette.

Il conçoit un système de classification rationnelle des couleurs fondé sur un cercle chromatique, visant à un écart de couleur régulier, la notion de clarté.

L’exposition nous montre aussi la matière première des tapisseries et l’évolution des techniques de teintures.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.