La question du logement ouvrier

Le Familistère du Guise .

Étymologiquement « lieu de réunion des familles », construit en s’inspirant du phalanstère de Charles Fourier, le Familistère, situé dans la commune de Guise, dans le département de l’Aisne, est un haut lieu de l’histoire économique et sociale des xixe et xxe siècles.

Le familistère fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 4 juillet 1991 et son ancien jardin, d’une inscription en 19911.

Depuis 2010, il accueille un musée, classé musée de France au sens de la loi no 2002-5 du 4 janvier 2002

Jean-Baptiste André Godin (1817 – 1888) était originaire d’Esquéhéries (Aisne), son père était artisan serrurier, c’est lui qui forma son fils au travail des métaux. Après son tour de France commencé à l’âge de 17 ans, il créa, en 1837, à Esquéhéries, un atelier de fabrication de poêles en fonte, pour laquelle il déposa un brevet en 1840.

Le succès commercial de ses poêles en fonte l’incita à développer son entreprise et à passer de la production artisanale à la production industrielle. C’est ainsi qu’il transféra, en 1846, le siège de son entreprise et la fabrication de poêles à Guise. En 1854, il créa une autre manufacture près de Bruxelles.

Le succès de la fabrication des appareils de chauffage et de cuisine, les fameux « poêles Godin » réside dans le choix du matériau de fabrication : la fonte, qui diffuse bien mieux la chaleur que les anciens modèles en tôle.

Le succès commercial de ses appareils permit à Godin, d’origine modeste, de faire rapidement fortune et de s’imposer sur un marché en pleine expansion. L’activité de la manufacture se développa considérablement pour employer jusqu’à 1 500 personnes.

Godin avait été lui-même simple ouvrier, et avait conservé le souvenir des terribles conditions de vie et de travail des salariés de l’industrie – constatées notamment au cours d’un Tour de France qu’il effectua, aux côtés d’un compagnon, entre 1835 et 1837. Il entendit par conséquent utiliser sa fortune pour améliorer la vie de ses employés, et proposer ses solutions au problème du paupérisme ouvrier. En 1842, il découvrit par des lectures, les théories de Charles Fourier.

Disciple de Charles Fourier, il entra en contact avec l’École sociétaire et, en 1854, investit le tiers de sa fortune dans une tentative d’implantation d’une colonie phalanstérienne, « La Réunion », au Texas menée par Victor Considerant. Il y perdit le tiers de sa fortune personnelle, mais en tira les leçons et décida de se consacrer seul à ses grands projets.

Sensible à l’idée de la redistribution des richesses produites aux ouvriers, il souhaitait créer une alternative à la société industrielle capitaliste en plein développement, et offrir aux ouvriers le confort dont seuls les bourgeois pouvaient alors bénéficier. C’est ce qu’il appelait « les équivalents de la richesse ». À partir de 1859, il entreprit de créer un univers autour de son usine de Guise, le familistère, dont le mode de fonctionnement est comparable à celui des coopératives ouvrières de production.

Une expérience similaire fut également développée par Godin autour de l’usine belge de Laeken.

L’idée maîtresse de Godin était l’association du capital et du travail. Il fonda en 1880, une association le « Familistère » et transforma son entreprise en coopérative de production, les bénéfices finançant écoles, caisses de secours, etc.

« Familistère » est le nom donné par Godin aux bâtiments d’habitation qu’il fait construire pour ses ouvriers et leurs familles, à partir de 1858 et jusqu’en 1883, probablement à partir de plans de l’architecte fouriériste Victor Calland. Il s’inspire directement du phalanstère de Fourier, mais, comme il le fera toujours, effectue un tri dans la théorie pour l’adapter à ses propres idées et surtout pour la rendre plus réalisable.

Godin proscrit la maison individuelle et donne ses raisons dans Solutions sociales4 : « Les prôneurs de petites maisons ne remarquent pas qu’en descendant un peu, à partir de la petite maison, on voit poindre la hutte du sauvage […] Dans les campagnes, le mendiant en haillons possède un toit et un jardin. […] L’isolement des maisons est non seulement inutile, mais nuisible à la société. » Pour Godin, le familistère permet de créer des « équivalents de richesse » auxquels les ouvriers ne peuvent accéder de manière individuelle, mais qui leur sont accessibles quand ils sont mis en commun en remplaçant « par des institutions communes, les services que le riche retire de la domesticité. »

Godin écrit en 1874 dans La richesse au service du peuple. Le familistère de Guise : « Ne pouvant faire un palais de la chaumière ou du galetas de chaque famille ouvrière, nous avons voulu mettre la demeure de l’ouvrier dans un Palais : le Familistère, en effet, n’est pas autre chose, c’est le palais du travail, c’est le PALAIS SOCIAL de l’avenir. »

Cette expression désigne l’ensemble des conditions de confort, de salubrité, que la bourgeoisie s’offre par l’argent et que les Familistériens pourront s’offrir désormais par la coopération. Hygiéniste convaincu, Godin inclut dans ces « équivalents de la richesse » tout ce qui garantit la salubrité du logement. La luminosité des appartements, la circulation de l’air, l’accès à l’eau potable à chaque étage sont des éléments fondamentaux que garantit l’architecture particulière des bâtiments. Le soin du corps est également assuré par la création d’une buanderie, située près du cours d’eau, dans lequel on lave et sèche le linge (évitant ainsi les odeurs d’humidité dans les logements), mais comportant également des douches et une piscine (au plancher mobile, pour permettre aux enfants d’y nager en toute sécurité) dont l’eau, provenant de l’usine toute proche où elle a servi à refroidir les tuyaux, arrive à parfaite température…

Enfin, Godin met en place tout un système de protection sociale en créant des caisses de secours protégeant contre la maladie, les accidents du travail et assurant une retraite aux plus de 60 ans.

La coopération comme principe

Les écoles et le théâtre

Si Godin se proclame fouriériste, il n’est pas pour autant un disciple fervent qui applique aveuglément une théorie : tout dans Fourier n’est pas applicable, loin de là, et d’autres que lui influencent la pensée de Godin. On retrouve, dans le Familistère, l’influence d’un mouvement coopératif ancien, et en particulier l’application des principes de la coopération anglaise, théorisés par Robert Owen et les « Équitables Pionniers » de Rochdale. Ces principes apparaissent dans le fonctionnement des économats, magasins coopératifs installés par Godin en face du Familistère, où les produits de première nécessité sont vendus au comptant, et dont les bénéfices sont répartis équitablement entre les acheteurs. Mais on retrouve tout particulièrement cette influence dans l’importance que Godin accorde à l’éducation des enfants, mais aussi des adultes. Il fait construire des écoles, mixtes et obligatoires jusqu’à 14 ans (à l’époque, la loi autorise le travail des enfants à partir de 10 ans), un théâtre, une bibliothèque, et multiplie lui-même les conférences pour enseigner à ses salariés les bienfaits de la coopération.

Anticlérical virulent, Godin pratique cependant un déisme très personnel, évoquant un Être suprême bienveillant ; il croit de façon ardente que le Travail, toute activité ayant pour but de transformer la matière afin de vivre mieux, est la raison profonde de l’existence de l’Homme, et par conséquent d’atteindre l’essence humaine, une certaine part de divin. S’opposant aux principes mêmes du capitalisme, il estime que l’ouvrier devrait posséder le statut social le plus élevé, puisque c’est lui qui travaille, que c’est lui qui produit les richesses. Au-delà des aspects matériels de l’œuvre, le Familistère doit amener à une élévation morale et intellectuelle du travailleur, lui permettre de retrouver l’estime de soi et son indépendance vis-à-vis de la société bourgeoise.

L’éducation à l’économie sociale va dans ce sens, mais également l’architecture même des bâtiments : à l’intérieur des cours, les balcons qui donnent accès aux appartements sont créés pour être des lieux de rencontre permanents entre ouvriers, quelle que soit leur position dans l’usine, manœuvre, employé de bureau ou cadre, afin de donner naissance à une réelle fraternité entre Familistériens. Les fenêtres intérieures, la promiscuité, sont pensées comme des éléments d’émulation : la vue d’un intérieur bien tenu doit vous pousser à vous-même entretenir votre logement, d’autant plus que le regard de l’autre, et sa désapprobation, sont considérés comme la meilleure des sanctions. Cette architecture particulière, décrite par ses détracteurs comme « carcérale », est donc voulue, afin de permettre une autodiscipline et une responsabilisation des habitants qui rendent inutile toute forme de police.

Cette notion de responsabilisation n’est pas anecdotique : elle est à la base de l’œuvre de Godin, pour qui l’amélioration des conditions de vie n’est qu’une première étape. Il s’agit, à terme, de permettre aux ouvriers de se libérer de toute dépendance vis-à-vis du patronat, d’abolir le salariat et de lui substituer l’Association.

Fondée en 1880, cette Association transforme l’entreprise en coopérative de production; les bénéfices sont utilisés pour financer les diverses œuvres sociales (écoles, caisses de secours), puis le reliquat est distribué entre les ouvriers, proportionnellement au travail fourni pendant l’année. Cependant, les bénéfices ne sont pas distribués en argent, mais sous forme d’actions de la Société : les ouvriers deviennent ainsi propriétaires de l’entreprise. Une fois tout le capital distribué, une forme de roulement s’établit, les plus jeunes recevant de nouvelles actions qui sont remboursées, cette fois en liquidités, aux plus anciens travailleurs. Les ouvriers, membres de l’Association, en sont donc les propriétaires et touchent, chaque année, un surplus de salaire proportionnel aux bénéfices. Charles Fourier avait théorisé une répartition équitable des richesses, permettant de récompenser à leur juste valeur le Capital, le Travail, et le Talent : Godin s’en inspire directement pour organiser l’Association. Il ne s’agit pas de donner la même chose à tous, mais bien de distribuer les richesses selon les mérites de chacun. C’est pourquoi il met en place une hiérarchie au sein de l’Association, essentiellement selon l’ancienneté : au sommet les associés (au moins 5 ans de présence), puis les participants et les sociétaires. Enfin, il reste les auxiliaires, travailleurs saisonniers ou occasionnels qui n’ont pas travaillé assez longtemps pour pouvoir appartenir à la Société. Chaque échelon est franchi, en théorie, en faisant preuve de mérite au travail, d’implication dans la vie démocratique de l’Association (participation aux différents conseils…) ; pour être nommé sociétaire ou associé, il faut vivre au Familistère. Enfin, seuls les associés participent à l’assemblée générale. À chaque niveau correspond une plus grande part des bénéfices, une meilleure protection sociale, une meilleure retraite. La création de cette Association, de même que la construction du Familistère, lui attire la sympathie de nombreux réformateurs sociaux, mais aussi de nombreux ennemis : clergé offensé par la mixité et la promiscuité des logements, commerçants menacés par les bas prix pratiqués dans les économats, patrons dénonçant le socialisme de Godin, mais aussi parmi l’extrême-gauche marxiste, considérant l’œuvre de Godin comme une forme de paternalisme, séduisant les ouvriers pour mieux les détourner de la Révolution et de leur émancipation.

L’aile gauche du Palais social, endommagée pendant la Première Guerre mondiale et reconstruite en 1923

Après la mort de Godin en 1888, l’Association continue de fonctionner. Prospère notamment grâce au renom de la marque « Godin », l’entreprise se maintient parmi les premières du marché jusqu’aux années 1960. Sur le plan social, les choses restent également en l’état : bien que Godin ait toujours considéré l’Association comme une étape devant toujours progresser, les différents gérants qui lui font suite se concentrent sur la nécessité de conserver intacte l’œuvre du « Fondateur » : ainsi, aucun nouveau bâtiment n’est ajouté au Familistère. Les logements devenant très vite insuffisants pour accueillir de nouveaux ouvriers, une préférence est établie, les enfants de Familistériens devenant prioritaires pour l’obtention d’un appartement. Cette hérédité des logements entraîne des tensions, les associés apparaissant parfois comme une aristocratie satisfaite de ses privilèges et ne cherchant pas à les partager.

La disparition progressive d’un véritable « esprit coopérateur » parmi les membres de l’Association est parfois vue comme une des raisons de sa disparition en 1968. Confrontée à des difficultés économiques, cherchant à se rapprocher d’une maison concurrente, l’entreprise se transforme en juin 1968 en société anonyme. Elle est alors intégrée dans le groupe Le Creuset. La marque Godin a aujourd’hui été transférée à la société Cheminées Philippe.

Les logements ont été vendus en 1968. Quelques anciens Familistériens y vivent toujours. Classés « Monuments historiques » en 1990, les bâtiments font depuis 2000 l’objet d’une restauration menée par la ville de Guise et le département de l’Aisne. Le programme de valorisation Utopia, organisé par le syndicat mixte, a permis entre autres de rendre accessibles à la visite les économats et la buanderie-piscine, laissés à l’abandon depuis 1968.

Le site de Guise comprend donc deux volets indissociables : le lieu de production, l’usine Godin sur la rive droite de l’Oise, et le « Palais social » (terme utilisé par extension pour désigner le familistère au-delà des seules unités d’habitation d’origine, construites entre 1859 et 1877) où était organisée la vie des ouvriers et de leurs familles.

Dans le Manifeste du parti communiste (1848), Karl Marx et Friedrich Engels critiquent le projet d’amélioration de la condition ouvrière dans le chapitre Le socialisme et le communisme utopiques et critiques :

ils veulent remplacer les conditions historiques de l’émancipation par des conditions tirées de leur imagination, et l’organisation réelle et graduelle du prolétariat en classe sociale par une organisation élucubrée de la société.

…Et c’est sous le seul aspect de la souffrance extrême que le prolétariat existe pour eux.

…Ils voudraient améliorer l’existence de tous les membres de la société, même les plus privilégiés. C’est pourquoi ils lancent sans cesse leur appel à l’ensemble de la société sans distinction, et même de préférence à la classe dominante… C’est pourquoi ils rejettent toute action politique, et surtout toute action révolutionnaire. Ils veulent atteindre leur but par des moyens pacifiques, et ils essayent de frayer un chemin au nouvel évangile par la force de l’exemple, par des expériences limitées, qui, naturellement, se terminent par un échec !… Ils ne cherchent donc obstinément qu’à émousser la lutte des classes et à apaiser les antagonismes. Dans leurs rêves, ils ne cessent de faire l’expérience de leurs utopies sociales, de créer des phalanstères, de fonder des home colonies… Et pour la construction de tous ces châteaux en Espagne, ils sont forcés de faire appel au cœur et à la caisse de philanthropes bourgeois. Petit à petit, ils tombent dans la catégorie des socialistes réactionnaires ou conservateurs et ne s’en distinguent plus que par un pédantisme plus systématique et une foi superstitieuse et fanatique dans l’efficacité miraculeuse de leur science sociale.

En 1872, Friedrich Engels, dans les articles repris dans La question du logement, qualifie le Familistère de Guise d’expérience socialiste… devenue finalement, elle-aussi, un simple foyer de l’exploitation ouvrière.

L’usine belge

Le Familistère Godin est un phalanstère créé en 1880 par Jean-Baptiste André Godin et situé originellement sur le territoire de Laeken, une ancienne commune rattachée à la ville de Bruxelles en Belgique en 1921.

En 1880 Godin fonde l’Association Coopérative du Capital et du Travail du Familistère de Guise1. Les travailleurs belges obtiennent les mêmes droits et devoirs que les employés français. Ils participent à l’expérimentation pratique de l’utopie fouriériste revisitée par Godin, même s’ils ne bénéficient pas immédiatement des équivalents de la richesse dispensés par le Palais social édifié à Guise de 1859 à 1884. Une unité d’habitation de 72 logements est finalement édifiée à Laeken en 1887-1888 à côté de l’usine de production. Il s’agit d’habitations spécialement construites pour les ouvriers de l’usine. Le Familistère est composé d’une cour centrale, destinée aux activités collectives, sur laquelle donnent tous les appartements situés au rez-de-chaussée et trois étages. L’architecture est un peu semblable aux anciennes piscines ou prisons.

Le Familistère de Laeken n’a toutefois pas un développement comparable à celui de Guise. En 1891, l’Association coopérative compte 263 salariés à Laeken et 1177 à Guise.

Le familistère est reconverti en hôtel d’entreprises, mais sans succès. Le bâtiment est classé en 1988 et est finalement réhabilité en une cinquantaine de logements moyens sous la dénomination Centre Godin2 et appartient au Centre public d’action sociale (CPAS) de la Ville de Bruxelles. Son adresse actuelle est quai des Usines n° 155-157 à 1000 Bruxelles.

Et aujourd’hui ?

La Fraternelle dans le Jura

Issue d’un cercle ouvrier, créé à Saint-Claude à la fin des années 1870 puis transformé en coopérative d’alimentation en 1881, la Fraternelle se distingue radicalement des autres coopératives par ses statuts de 1899, en grande partie dus au socialiste Henri Ponard. Ceux-ci prévoient que les bénéfices seront intégralement reversés à une caisse sociale permettant la mise en place de services de prévoyance, de secours, de retraite et d’entraide avec les autres coopératives. “L’Ecole de Saint-Claude”, qui s’affirme alors, s’oppose en cela à “l’Ecole de Nîmes”, prévoyant la répartition des bénéfices entre les sociétaires.

Projetée en 1902 par Henri Ponard et l’architecte Charles Meunier, la maison du peuple est bâtie de 1908 à 1910 par l’architecte Paul Mouret. Elle constitue, à Saint-Claude, un lieu polyvalent où, au fil du temps, l’esprit coopératif et socialiste s’est manifesté au travers de nombreuses fonctions : production alimentaire (boulangerie, laiterie, charcuterie, atelier de torréfaction), commerce (épicerie, caves à fromage et à vin, café et restaurant), culture et instruction (imprimerie, bibliothèque et théâtre), sport (gymnase et sections gymniques), vie politique et syndicale (Bourse du travail et siège des syndicats, rédaction du journal Le Jura socialiste).

Si la coopérative a disparu en 1984, son nom et ses locaux ont été repris par une association loi 1901 dans le but de poursuivre son œuvre, notamment dans les domaines de l’éducation et de la culture : elle ouvre des salles de cinéma et un atelier Patrimoine dans les années 1980, organise différentes manifestations musicales, des expositions, résidences d’artistes… L’importance du rôle de la Fraternelle et de sa maison du peuple dans l’histoire récente du Haut-Jura a été reconnue par une protection au titre des Monuments historiques, en 1993.

La diversité de ses domaines d’intervention se traduit par la présence d’un mobilier abondant et varié, dont la majeure partie est toutefois composée de matériel d’imprimerie.

En effet, l’Imprimerie de la Maison du Peuple fut créée en 1920 pour succéder à un établissement fondé en 1893 à Oyonnax, dans l’Ain (l’Im-primerie populaire, devenue Imprimerie ouvrière par la suite). Elle constituait un élément important de la vie coopérative : là fut imprimé, jusqu’à sa disparition en 1947, le journal Le Jura socialiste.

Fermée au début des années 1970, elle a été relancée par l’association, notamment par Michel Bastien, enseignant en Arts plastiques, qui a remis le matériel en état en 1987 puis, deux ans plus tard, a ouvert l’atelier Patrimoine à destination des scolaires. Son succès a conduit la Fraternelle à poursuivre une politique d’acquisition de matériel auprès d’établissements disparaissant ou se modernisant. Actuellement, l’atelier Patrimoine arrive à la fois à concilier un rôle de conservatoire du matériel d’imprimerie traditionnel et de lieu d’expérimentation et d’invention, extrêmement vivant.

Habiter l’usine

La question du logement

Une préoccupation nouvelle

Cette préoccupation se pose au XIXe siècle dans tous les pays touchés par la Révolution industrielle.

Les enquêtes réalisées par des sociologues, des économistes et des médecins montrent les conditions difficiles dans lesquelles vit la classe ouvrière. Elles soulèvent notamment la question du logement. Le docteur Louis-René Villermé, auteur d’une fameuse enquête en 1840 (Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie), s’exprime ainsi dans un discours devant l’académie des Sciences morales et politiques : Partout où la population ouvrière est en grand nombre, il ne sera jamais possible de fournir des logements convenables à tous ; les ouvriers qui gagnent les moindres salaires seront toujours réduits à demeurer dans les logements les moins chers, c’est-à-dire dans les logements incommodes, insuffisants et peu salubres, dans les maisons délabrées ou mal tenues. Tel est le sort des pauvres de tous les pays ; la force des choses, la dure loi de la nécessité le veulent malheureusement ainsi.

Contrairement aux conservateurs qui, comme Villermé, pensent que la question du logement n’a pas de solution, d’autres estiment qu’il est possible d’en trouver. Dans une première catégorie, on peut classer les philanthropes ou les associations philanthropiques (de philanthropie, amour des hommes). Ces personnes ou groupes de personnes cherchent à faire sortir leurs frères des basses classes de la misère et du désespoir.

Parmi ces associations, il y a la société pour l’amélioration du sort de la classe ouvrière, fondée à Londres en 1844. Son programme prévoit de réaliser des lotissements pour les ouvriers où nobles et bourgeois avancent des fonds. Il ne s’agit pas de dons, car l’argent doit rapporter un intérêt de 5%. Ces fonds sont donc remboursés avec intérêt par les ouvriers qui paient le loyer de leur logement neuf.

Plus tard à Mulhouse, les investisseurs touchent 4% par an, mais en moins de quinze ans souvent, les logements deviennent la propriété des ouvriers. Les partisans du projet peuvent aussi être des libéraux, des fabricants ou des industriels favorables au libre-échange, alors que les conservateurs sont protectionnistes. Ces personnes de la classe aisée estiment qu’il faut améliorer le sort de la classe ouvrière, à la fois pour la moraliser et pour la détourner du socialisme.

Les réalisations antérieures en Europe

Avant 1850 existe déjà une série de réalisations, suite à la réflexion qui s’est engagée en Angleterre, en Belgique mais aussi en France.

En Angleterre, le cottage s’impose comme habitat ouvrier type dès 1770. Il s’agit d’une maison unifamiliale, jumelée ou en mini bandes avec jardin. La première cité ouvrière sur le continent est la celle du Grand Hornu, à Bruxelles (Belgique) : si, en 1825, 175 maisons à un étage et à six chambres sont construites, elles sont plus de 400 en 1832. Elles sont chauffées avec la vapeur émise par l’usine.

À Paris, suite à la Révolution de 1848 est constituée en 1849 la société des cités ouvrières de Paris dont fait partie le prince-président et dont la première réalisation est la cité Napoléon. Réalisée à Paris en 1850, il s’agit d’une caserne ouvrière.

La mise en place du projet mulhousien

En 1839 est envisagée une enquête pour définir les besoins en logements ouvriers pour la ville de Mulhouse. L’initiative est cependant repoussée par la majorité conservatrice de la Société Industrielle de Mulhouse (SIM), notamment par Émile Dreyfus, son président et par André Koechlin, alors maire de la ville.

En 1845, un rapport est présenté devant la SIM sur le logement ouvrier à l’étranger, par Daniel Dollfus-Ausset qui réalise d’autres rapports les années suivantes.

En mars 1848, est créé un septième comité à la SIM, celui d’économie sociale, à l’instigation notamment de Jean Zuber fils. Cet industriel, décédé jeune en 1853, déjà patron de la fabrique de papiers peints de Rixheim, réalise à côté de sa papeterie créée en 1840 avec son associé Amédée Rieder, à l’époque la plus moderne d’Europe, une petite cité ouvrière entre 1849 et 1851.

À la séance de la SIM du 24 septembre 1851 est finalement lancé le concours de la cité ouvrière de Mulhouse : le projet de l’ingénieur–architecte Émile Muller y est retenu.

Suite à cela, en 1852, sont réalisées deux maisons ouvrières modèles à l’initiative de Jean Dollfus, patron de DMC (Dollfus-Mieg Compagnie). Émile Muller en est l’architecte.

Le 10 juin 1853 est créée la SOciété Mulhousienne des Cités Ouvrières (SOMCO). En font partie douze fondateurs–actionnaires, surtout des Dollfus, des Koechlin, des Zuber, et quatre fabriques (deux d’impressions sur étoffes et deux filatures). Onze nouveaux actionnaires s’ajoutent entre 1854 et 1865, notamment plusieurs fabriques. La SOMCO bénéficie d’une subvention de l’empereur : sur 10 millions de francs versés en France pour le logement, 150 000 sont promis à Mulhouse.

Et au XX ième siècle ?

Le Corbusier (1887-1965) à Saint-Nicolas d’Aliermont

Un projet d’une cité ouvrière

En juin 1917, Charles-Edouard Jeannert, dit Le Corbusier, passe un accord avec Robert Duverdrey , dirigeant de l’usine Bayard, pour la construction de 25 logements ouvriers.

Pour répondre au souhait du commanditaire, l’architecte propose 3 types de maisons avec un

traitement différent de la façade afin de différencier les maisons des contremaîtres de celles des ouvriers.

Composées de deux niveaux (rez-de-chaussée et étage sous combles), les habitations sont percées de nombreuses fenêtres pour laisser passer la lumière. Les maisons sont entourées d’un jardin et d’une courette et disposées de part et d’autre d’une voie unique conduisant de la coopérative à une placette en cul-de-sac. La répartition est régulière et aérée, d’une faible densité, laissant une surface large à la verdure. L’Architecte propose trois types de maisons (Type A, B, C). Finalement , une seule maison jumelle de type C est réalisée : L’esclier se trouve dans l’axe de l’entrée et divise l’espace en deux et dessert le premier étage sous les combles. A droite de l’escalier , un espace est dédié à la cuisine et à la laverie. De l’autre côte de trouev une grande pièce à vivre . Au premier étage se situent deux chambres , et grande nouveauté pour l’époque des toilettes.

Bataville.

Bataville est le nom donné à un ensemble industriel et urbain unique en Moselle dans la région Lorraine (France) inscrit dans le Patrimoine du XXe siècle dans la mouvance du Bauhaus, construit à partir de 1931 pour le compte de Tomáš Baťa (1876 – 1932), fondateur de la marque de chaussures Bata et premier producteur mondial. Le patrimoine construit conserve un caractère paternaliste jusque dans les équipements, le village étant l’un des plus dotés du département pour le sport et la jeunesse

Les Habitations à bon marché

Société privée à caractère philanthropique, créée en marge de l’Exposition universelle de Paris de 1889, la « Société française des habitations bon marché » (SFHBM) fédère les initiatives variées qui ont vu le jour dans le cadre des œuvres sociales du patronat au sein de cités ouvrières telles que celles de Mulhouse, Le Creusot, Noisiel et Roubaix. L’appellation Habitation à bon marché (HBM) perdurera jusqu’en 1949, elle sera alors remplacée par l’appellation Habitation à loyer modéré (HLM). Les Expositions universelles de 1867 et de 1889 constituent des moments de visibilité importants pour ces réformateurs : celle de 1867 accueille une exposition consacrée aux habitations ouvrières ; celle de 1889 comporte la reconstitution grandeur nature de maisons ouvrières sur l’Esplanade des Invalides, ainsi que de nombreux plans et maquettes de réalisations. Parmi ces réformateurs, se côtoient un patronat « éclairé », préoccupé des conditions de vie de ses ouvriers, mais aussi des philanthropes et des hygiénistes, fédérés pour certains depuis de longues années autour de Frédéric Le Play, commissaire de l’exposition universelle de 1867, et de la Société d’économie sociale qu’il a fondée en 18561.

Le modèle de l’habitation ouvrière y est présenté : la maison monofamiliale est privilégiée, contre l’immeuble collectif.

Parmi les premières réalisations de ce type en France, la cité-jardin « La Ruche », dans le quartier de La Plaine Saint-Denis (62-64 rue du Landy), est l’œuvre de Georges Guyon, l’un des premiers architectes à penser le logement social. En 1890, un concours pour un groupe de logements sociaux à réaliser dans la Plaine Saint-Denis est lancé par la Société des Habitations Économiques de Saint-Denis.

De 1921 à 1949, l’office d’HBM de la Seine engage une politique de constructions de cités-jardins, notamment à Arcueil, Asnières-sur-Seine, Châtenay-Malabry (La Butte Rouge), Drancy, Gennevilliers, Le Plessis-Robinson, Stains. Ces réalisations existent toujours et ont été réhabilitées. Début 2011, on estime qu’il reste 120 000 logements sociaux construits avant la guerre30.

Après la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses villes sont à reconstruire, parfois même quasiment totalement. Eugène Claudius-Petit, ministre de la reconstruction, est gagné aux idées de Le Corbusier et entreprend les chantiers de reconstruction.

En 1950, les HBM deviennent les habitations à loyer modéré (HLM).

Bibliographie

Susanna MAGRI et Christian TOPALOV, Reconstruire : l’habitat populaire au lendemain de la première guerre mondiale. Etude comparative France, Grande-Bretagne, Italie, Etats-Unis”, Archives européennes de sociologie, XXIX (1988), pp. 319-370.

E.MULLER et E. CACHEUX, Les habitations ouvrières en tous pays, situation en 1878, avenir (1879), ouvrage publié à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris.

Pierre LAMARD, Histoire du capital familial Japy, 1777-1910, Montbéliard, Société belfortaine d’émulation, 1988.

Abbé R. TALMY, L’association catholique des patrons du Nord, 1884-1895, Lille, 1962 7 Bernard LARDIERE, Beaucourt-Japy : du village à la ville, Actes du IVe Colloque sur le patrimoine industriel, Beauvais 6-7-8 octobre 1982, Publications de l’Ecomusée du Beauvaisis.

DOREL-FERRE, G ( 2006) « Les utopies industrielles : la circulation des modèles entre l’Europe et l’Amérique » DAUMAS, J.C. La mémoire de l’usine, Presses Universitaires de Besançon, pp 301-312

DOREL-FERRE, G.(1993) « Les colonies industrielles textiles en Catalogne : étude comparée, Italie, France, Etats-Unis » dans DOREL-FERRE, G (dir), Villages ouvriers, utopie ou réalités ? pp 121-131

Lewis Mumford,La Cité à travers l’Histoire (1961, rééd. 1989), Marseille, éd. Agone, 2011

Sur les problèmes généraux des rapports industrialisation/urbanisation, voir en particulier les con-tributions de Marcel RONCAYOLO dans Histoire de la France urbaine (sous la direction de Georges Duby), t. IV et V.

Louis BERGERON et Marcel RONCAYOLO, De la ville pré-industrielle à la ville industrielle. Essai sur l’historiographie française, Quaderni Storici . Louis BERGERON, Carlo OLMO et Marcel RONCAYOLO, Nove Lezioni di storia della città, Torino, Celid, 1986.

Sur Le Creusot et l’urbanisme Schneider,

voir Christian DEVILLERS et Bernard HUET, Le Creusot. Naissance et développement d’une ville industrielle 1782-1914, préf. de L. Bergeron. Coll. “Milieux”, Champ Vallon, Seyssel, 1981. – Jean-Pierre FREY, Le Creusot. Société et urbanistique patronale. 1. Gestion de la main d’oeuvre et réorganisation des pratiques de l’habiter 1870-1930. Pa-ris, Institut de Sociologie Urbaine, 1982.

Sur le Familistère de Guise

Solutions sociales, Paris, A. Le Chevalier éditeurs et Guillaumin et Cie éditeurs / Bruxelles, Office de Publicité, 1871 – 663 p., 33 illustrations, 8 planches.

solutions sociales, nouvelle édition annotée et commentée, Éditions du Familistère, novembre 2010.

Mutualité sociale et Association du Capital et du Travail ou Extinction du paupérisme par la consécration du droit naturel des faibles au nécessaire et du Droit des Travailleurs à participer aux bénéfices de la production, Paris, Guillaumin & Cie / Auguste Ghio, 1880, 275 p.

Le Gouvernement, ce qu’il a été, ce qu’il doit être. Et le vrai socialisme en action, Paris, Guillaumin & Cie / Auguste Ghio, 1883, 568 p., portrait de l’auteur.

La République du travail et la réforme parlementaire, Paris, Guillaumin & Cie, 1889, XV-595 p., portrait de l’auteur [ouvrage posthume édité par Marie Moret Veuve Godin].

Godin et le familistère de Guise : une utopie socialiste pratiquée en pays picard, Vervins, Société archéologique de Vervins et de la Thiérache, 1983, 330 p. [textes de Jean-Baptiste Godin choisis, présentés et annotés par Guy Delabre et Jean-Marie Gautier].

Lettres du Familistère, Guise, Éditions du Familistère, 2008, 160 p. [choix de lettres de Godin, photographies de Hugues Fontaine], réédition 2011.

H. ROBERTS, The dwelling of the Labouring Classes, London 1850, traduit la même année sous le titre : Des habitations des classes ouvrières, Gide et Baudry Editeurs, Paris, 1850. 12 Bruce THOMAS, Merthyr Tydfil and Early Ironworks in South Wales,

Stephan JONAS, La fondation des villages ouvriers des mines de potasse du Haut-Rhin (1908-1930) : une solution rhénane et alsacienne particulière de la relation ville-campagne, Revue des Sciences Sociales de la France de l’Est, numéro spécial.

Sandrine KOTT, Des philanthropies aux politiques sociales. Solutions françaises et allemandes à la question sociale en Haute-Alsace 1850-1914. Thèse de l’Université de Paris VII, 1991.

J.Moine, Les barons du fer. Les maîtres de forges en Lorraine du XIX siècle aux années trente, éditions Serpenoise/Presses Universitaires de Nancy, 1989. 563 pages.

NOIRIEL, Gerard, ≪ Les ouvriers dans la societe francaise , Seuil, Paris, 1986.

SCHNEIDER, Dominique, MATHIEU, Caroline, CLEMENT, Bernard, Les Schneider, Le

Creusot. Une famille, une entreprise, une ville (1836-1960) ≫ , Fayard/RMN, Paris, 1995.

DE FINANCE, Laurence (dir.), ≪ Guide du musee, Cite de l’architecture et du patrimoine

Dominique Carre / Cite de l’architecture et du patrimoine, Paris, 2010.

Ressources electroniques / sitographie :

DAVIED, Jean-Pierre, FRIDENSON, Patrick et LECHERBONNIER, Yannick, ≪ Memoires

industrielles ≫, Syrinx, 2001, 2 CD-Rom.

BNF, Utopie, la quete de la societe ideale en Occident :

http://expositions.bnf.fr/utopie/index.htm

Une exposition virtuelle de la Bibliotheque nationale de France sur les utopies : textes,

images et nombreuses autres ressources en ligne.

L’Histoire par l’image : http://www.histoire-image.org/index.php

Ce site presente des analyses detaillees d’oeuvres d’art d’epoque et de nature diverse.

Le commentaire procede a une mise en perspective historique.

Le monde industriel au XIXe siecle, representations d’artistes, Dossier pedagogique du

musee d’Orsay :

http://www.museeorsay.

fr/fileadmin/mediatheque/integration_MO/PDF/Le_monde_industriel.pdf

Ce dossier, ainsi que celui sur „Paris, ville du XIXe siecle“ est concu comme une fiche de

visite permettant d’avoir une premiere approche thematique des collections du musee.

Portail de la culture, rubrique ≪ Histoire des arts ≫ :

http://www.culture.fr/fr/sections/collections/histoire-arts

L’annuaire „histoire des arts“ rassemble les ressources en ligne proposees par le

Ministere de la culture.

*≪ Le patrimoine industriel ≫, Revue ≪ In situ ≫, n°8, mars 2007 :

http://www.revue.inventaire.culture.gouv.fr/insitu/insitu/index_numero.xsp?numero=8

Revue en ligne, In situ propose de nombreuses etudes thematiques sur l’architecture et,

entre autres, des compte-rendus de recherches sur le patrimoine industriel local.

Site du Familistere de Guise, Dossier pedagogique sur les utopies :

http://www.familistere.com/site/pdf/dossiers/Niveau_avance.pdf

Trois siecles d’architecture industrielle en Ile-de-France :

http://www.iledefrance.fr/galerie-dimages/culture/trois-siecles-darchitectureindustrielle-

en-ile-de-france/

Ce site offre, entre autres ressources, une galerie d’images sur le patrimoine industriel

de la region Ile-de-France.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.