Le Déjeuner d’huîtres, (huile sur toile, 1735, 180×126 cm, musée Condé, Chantilly, galerie de peinture) de Jean-François de Troy

Le Déjeuner d’huîtres, (huile sur toile, 1735, 180×126 cm,
musée Condé, Chantilly, galerie de peinture) de Jean-François de Troy illustre bien ce service à la Française.
Il est le fils du portraitiste François de Troy (1645-1730) qui l’encourage à faire un séjour en Italie, passage obligé pour tout peintre de l’époque, de 1699 à 1706.

C’est à la fois un peintre d’histoire, c’est-à-dire qu’il traite de sujets historiques, mythologiques, moraux ou religieux, mais c’est aussi un peintre de genre, avec des scènes de la vie quotidienne, dans la lignée de Watteau.

Il est reçu à l’Académie en 1708. Entre 1724 et 1737, il travaille à Versailles et Fontainebleau. Il crée des modèles de tapisseries pour la manufacture des Gobelins (Histoire d’Esther, Histoire de Jason). Il reçoit le 1er prix du Grand Concours de 1727 organisé par le duc d’Antin, directeur des Bâtiments
En 1738, il est nommé directeur de l’Académie de France à Rome, ville où il meurt le 26 janvier 1752.

Placés autour d’une table ronde recouverte d’une nappe blanche, des hommes prennent un repas au centre d’une vaste salle richement décorée.
Les mets qu’ils dégustent sont des huîtres. Certaines, dont les coquilles sont vides, occupent le premier plan et jonchent le sol à damier blanc et noir. D’autres, pleines, sont disposées à table sur des plateaux ou des assiettes en argent. Des verres à pied sont placés devant les convives renversés dans des bols en porcelaine peinte ,les rafraîchissoirs à verre. Les hommes boivent un vin blanc dont plusieurs bouteilles sont représentées entre leurs mains mais également à terre, posées sur la table, ainsi que sur la console à droite du tableau, des rafraîchissoirs à bouteille D’autres enfin trônent dans une desserte devant la table, dont la partie supérieure est composée de deux bacs emplis d’eau. Des assiettes sont rangées en partie basse. Les huîtres sont servies et ouvertes par des domestiques simplement vêtus, présents au milieu des hommes portant costumes chamarrés et brodés. Sur la gauche du tableau, un groupe de personnages suit des yeux le bouchon d’une bouteille qu’un des convives assis a fait sauter grâce au couteau qu’il tient dans la main droite. En plein vol, il apparaît au milieu de la colonne en marbre à l’arrière plan. Un décor architecturé, sculpté et peint forme un fond de scène à ce repas luxueux. A l’arrière centre,
une tribune ouverte à balustrade est surmontée par un arc en plein cintre. Celle-ci est encadrée sur la droite par la statue d’une femme, située dans une niche décorée d’une coquille Saint-Jacques, drapée à mi-corps, debout sur un dauphin crachant de l’eau et de deux atlantes mi-hommes, mi-poissons portant des cornes d’abondance. Sur la gauche, une porte aux battants clos ferme le
tableau. En partie supérieure, au-dessus de l’entablement, apparaît une peinture représentant un homme et une femme aux ailes de papillons, enlacés.
Cette peinture de genre illustre un luxueux repas d’ « après chasse », dans un cadre somptueux. Le Déjeuner d’huîtres est une commande royale destinée à orner la salle à manger d’hiver des petits appartements du roi Louis XV à Versailles. Pièce intime et essentiellement utilisée pour les retours de chasse, le roi y invitait certains compagnons. Ainsi, cette scène fait écho au lieu pour lequel il est destiné. Aucune femme n’est représentée sans doute pour des raisons historiques. Celles-ci ne furent
invitées qu’à partir de 1738 par le roi dans sa salle à manger – après donc la date d’exécution du tableau. À moins que cette exclusivité masculine ne soit le reflet de la valeur aphrodisiaque qu’on donnait aux huîtres à l’époque et qui excluait de fait la présence féminine. L’oeuvre détient une richesse iconographique constituant une source de renseignements sur les arts
de la table au premier tiers du XVIIIe siècle. Les huîtres, mets de premier choix réservé à l’élite, et leurs accompagnements : pain, ail, beurre, sel et poivre sont servis en même temps sur la table ; ce qui est le propre du service à la française. Cette nouvelle organisation du repas reflète une absence
de convenances. Les convives composent librement leur menu et les bouteilles de champagne sont mises à leur disposition.
Le Déjeuner d’huîtres, malgré son titre, fait la part belle au champagne. Situé au premier plan, le rafraichissoir à bouteilles est destiné à mettre en valeur la boisson. Celle-ci est nouvellement inventée à la fin du XVIIe siècle par le bénédictin Dom Pérignon près d’Epernay. Notons que le breuvage ne se boit pas encore dans des coupes ou des flûtes mais dans des verres coniques. L’émerveillement devant le bouchon qui saute à l’ouverture de la bouteille et le plaisir des convives face aux mets qui leurs sont servis se dégagent de la scène.
Le Déjeuner d’huitres est conçu pour décorer la première salle à manger spécifique du château de Versailles. Auparavant la table était dressée dans n’importe quelle pièce selon le bon vouloir du roi. Des thèmes plus légers comme celui du repas de chasse semblent particulièrement appréciés et
remplacent alors l’imagerie mythologique en peinture. Le tableau du musée Condé fait écho à Un déjeuner de chasse, autre scène de genre de l’artiste peint en 1737 pour la Grande salle à manger de l’appartement de Louis XV au château de Fontainebleau. Il s’agit d’un sujet léger pour un peintre d’histoire montrant le changement de goût qui s’opère dans la décoration à l’époque du règne de Louis XV.

Le thème de la nourriture alléchante est apparu au 16e siècle dans la peinture occidentale avec les scènes de festin, de marché ou de cuisine. Au 17e siècle la peinture flamande a donné ses lettres de noblesses à la représentation des natures mortes en en faisant un genre à part entière. L’opulence et la préciosité des mets choisis offraient aux artistes l’occasion de montrer leur maîtrise technique mais aussi d’accentuer le discours métaphorique sur la vanité humaine. Malgré les faux-semblants des richesses représentées il faut toujours se rappeler que la nature morte est d’abord une évocation de la mort et de la nature éphémère de la vie, périssable comme les mets et les fruits préparés à l’occasion d’un menu de fête. Ce thème de vanité disparaît au 18e siècle au profit d’une exaltation des valeurs purement sensuelles – les fruits ou les gourmandises pâtissières peintes par Chardin nous font oublier toute notion du pêché. Le regard se réduit au pur plaisir, à l’enchantement visuel ou olfactif

Dresser la table
Dresser la table.
L’usage de manger sur des tables fixes remonte à la renaissance. Toutefois dans les milieux aristocratique , on a continué à dresser la table sur des tréteaux jusqu’au à la fin du XVIIème siècle ; Pierre Verlet écrit «  la table d’ ébénisterie conçue pour le service et l’ornement tout à la fois se rencontre moins fréquemment chez les gens riches que chez les autres: là on l’on possède une nombreuse domesticité , des planches de diverses grandeurs, avec des tréteaux mobiles sortent à la demande d’armoires, de placards ou de resserres : pour des convives moins nombreux l’on utilise la table légère ou le guéridon que des serviteurs poussent tout servi auprès d’une fenêtre . Les progrès de la gastronomie , réclament non seulement une pièce particulière mais aussi une table commode entrainant les ébénistes à étudier et à créer un meuble spécial ( vers 1770 pour madame de Pompadour), tables à abattants appelées tables à l’anglaise

La porcelaine
La première description du processus de ction de la porcelaine dure chinoise et les premiers échantillons de kaolin furent introduits en France en 1712 par le Père d’Entrecolles, un jésuite qui était en poste à Jingdezhen en Chine.

Ehrenfried Walther von Tschirnhaus et Johann Friedrich Böttger découvrirent son procédé de fabrication en 1708 alors qu’ils travaillaient pour la manufacture de Meissen en Allemagne. Alors que des gisements de kaolin avaient été découverts en Saxe dès le début du XVIII ième siècle, ce n’est qu’en 1768 que l’on découvrit les gisements de Saint-Yrieix-la-Perche au sud de Limoges, qui permirent enfin de reproduire en France la porcelaine dure. Elle sera connue sous l’appellation porcelaine allemande jusqu’à ce que Alexandre Brongniart, directeur de la Manufacture de Sèvres,ne standardise, après 1800, la composition de cette céramique exceptionnellement dur

L’habit à la Française
L’habit masculin tel qu’il est porté au XVIIIe siècle et que
l’on a encore aujourd’hui tendance à appeler « habit à la française »,
est en fait né…. En Angleterre…, vers le 18 octobre 1666. Il est rare de pouvoir donner une date aussi précise à un phénomène
vestimentaire aussi révolutionnaire, mais plusieurs chroniqueurs
anglais décrivent la fierté de Charles II d’Angleterre, revêtant pour la première fois la veste « à la persane » le justaucorps et la culotte, tandis que la brassière, la rhingrave et le manteau étaient encore portés à la cour de son jeune rival Louis XIV.
« L’habit carré » (c’est ainsi qu’on le nomme au XVIIe siècle), est l’ancêtre direct de notre costume trois pièces d’aujourd’hui et représente le vêtement par excellence de l’homme de qualité au Siècle des Lumières, la période la plus raffinée que l’Europe ait connue .
Le terme « habit » désignait d’ailleurs à l’origine la totalité des pièces composant ce costume, en l’occurrence le justaucorps, la veste (avec ou sans manches) que l’on porte au dessous, et la culotte resserrée au genou couvrant les cuisses.

Le rouge couleur aristocratique
Déjà dans la Rome impériale, le rouge, qu’on fabrique avec une substance colorante liquide extraite d’un coquillage rare récolté en Méditerranée, le murex, est réservé à l’Empereur et aux généraux. Cette technique se perd avec l’épuisement des principaux gisements de murex de Palestine et d’Egypte. Les teinturiers du Moyen Âge utilisent le kermès des teinturiers ou graines écarlates, un insecte parasite de type cochenille vivant sur le chêne kermès en Espagne et autour de la Méditerranée. La récolte est laborieuse, la fabrication hors de prix. Mélangé à un mordant comme l’étain, le kermès donne le fameux écarlate, spécialité de la famille Gobelin, magnifique, lumineux, résistant. Ces colorants rouges restent chers.

Le velours
Le velours est né dans le Cachemire sous le nom de duvet de cygne, puis développé en Perse où les Italiens le découvrent, l’importent et en reprennent la technique. Lié à l’épanouissement de l’industrie de la soie dont il est le plus souvent tissé, le velours se répand dans les grandes villes italiennes de Gênes, Venise, Milan et Florence au XIVe siècle. En 1347, le Grand Conseil de Venise autorise les tisseurs veloutiers à se constituer en corporation, au XVe siècle leur maîtrise est grande comme l’attestent des pièces conservées. En France, ces velours importés d’Italie sont très appréciés, mais on ne sera capable de les tisser qu’à la fin du XVIe siècle.Le velours est un tissage spécifique. Le principe de départ d’un tissage est une chaîne tendue entrecroisée de fils de trame dans le sens de la largeur. Le velours nécessite deux chaînes : la première chaîne de fond qui forme la base et assure la solidité du tissu et une seconde chaîne pour les boucles. Une baguette appelée fer passe entre les deux chaînes. Quand on retire ces fers, le tissu montre sur l’endroit des petites boucles ou arceaux, les poils. On rase à deux millimètres et on aplanit les poils des pannes de velours unis ou cramoisis ; ceux des pannes de velours ciselés sont coupés à différentes hauteurs, réalisant de somptueuses arabesques aux effets changeants, les décors naissent des effets de surface

La bouteille en verre
Elle commence à contenir du vin en Europe dès la fin du Moyen Âge, puis va se perfectionner jusqu’à ce que son usage se généralise à partir du XVIIIème siècle.
La bouteille pour transporter…
Dans un premier temps, le rôle de la bouteille se limita à assurer le trajet de la cave à la table. Alors que les tonneaux reposaient dans les caves, le tavernier ou le valet allait soutirer un peu de vin en bouteille, pour le porter à ses hôtes ou à son maître. Les autorités ne sont pas favorables à faire voyager les bouteilles sur de plus longues distances, car les contenances ne sont pas encore réglementées et donnent souvent lieu à des fraudes. Mais le roi Louis XV finira par autoriser officiellement le transport du vin en bouteilles. A commencer par le champagne (1728), puis le bourgogne (1750). A Bordeaux, l’usage de la bouteille s’est imposé de lui-même et a été reconnu dès le début du XVIIIème siècle.
Conserver et même bonifier Pendant ce temps, les anglais mettent au point une bouteille en verre noir très épais, avec une large base. Bien bouchée grâce au bouchon de liège qui vient d’être inventé, elle remplace la barrique qui n’était pas toujours parfaitement hermétique. Les vins français peuvent désormais s’exporter dans de bonnes conditions de conservation. La bouteille se révèle essentielle, surtout pour le développement du champagne dont la prise de mousse ne peut se déclencher que dans des bouteilles résistantes à la pression et très bien bouchées. Sans bouteille, point de Champagne ! Toujours au XVIIIème siècle, on s’aperçoit que le vin se bonifie en vieillissant. Les amateurs se tournent alors vers des vins plus évolués, aux arômes et aux saveurs plus fins et plus complexes. A partir de 1760, les appréciations sur les vins se multiplient dans les récits et les guides de voyage. Ce sont les prémices du discours œnologique qui va se développer au XIXème siècle.
La verrerie noire désigne l’industrie du verre soufflé de couleur vert foncé utilisé dans la fabrication des bouteilles fortes comme la bouteille de champagne

Le verre à boire français
Dans le dernier tiers du 17ème siècle il apparaît, en France, une
production de verres à boire caractérisés par une grande légèreté. Les coupes sont
lisses. Les jambes sont soit grêles, soit de type fuseau spiralé soit présentent un ou
deux boutons ou un disque plat. Les pieds sont plats souvent sans ourlet. Ces verres
ont été baptisés « verres de fougère » parce que de la cendre de fougère, donc de la
potasse, était ajoutée comme fondant au sable. Le même type de verre a été obtenu
par addition de cendre de salicorne, donc par de la soude. Pour désigner la totalité
de cette production nous parlerons de verres dits de fougère. Leur succès a été
considérable. Celui-ci est traditionnellement rapporté à deux qualités supposées de
ces verres à boire. Le vin y serait meilleur et plus riche en saveurs. La finesse de ces
verres est telle qu’ils ne résisteraient pas à la présence d’un poison.
Dès le début du 18ème siècle le même type de verres est soufflé dans
des moules donnant aux coupes un décor fait d’alvéoles et (ou) de côtes verticales.
Ces verres sont appelés verres d’Orléans. L’utilisation de ces verres pendant le
premier tiers du 18ème siècle semble généralisée en France.
Dans la première moitié du 18ème siècle les verres de Bohême et à un
moindre degré les verres allemands supplantent dans toute l’Europe les verres
vénitiens car leur matière appelée verre cristallin est très claire, très pure, plus facile
à tailler et à graver. Aussi, dès le milieu du 18ème siècle, pour enrayer l’importation
massive de ces verres, les verriers français créent de nouvelles variétés de verres à
boire qui sont plus volumineux, plus lourds dits à la façon de Bohême, à la façon
d’Angleterre ou d’inspiration allemande.
Ainsi, apparaissent les verres à jambe polylobée dits à la façon de
Bohême. Les coupes sont coniques ou tronconiques. Elles surmontent, soit par
l’intermédiaire d’un anneau soit directement, une jambe épaisse, souvent creuse,
polylobée (quatre à huit pans).
Puis, de 1750 à 1760, une très importante création de verres dits
Bourguignons d’inspiration allemande est réalisée dans les verreries forestières. Ce
sont des verres dont la coupe est tronconique avec un fondeau parfois épais.
Plus tard, surviennent les verres dits cornets répondant à la mode de
simplification des formes. Les jambes sont dans le prolongement direct des coupes
(même paraison), présentant souvent une bulle sous la coupe, s’affinant vers le bas,
reposant sur un pied surélevé et ourlé.
Dans la dernière partie du 18ème siècle, des verres à coupes côtelées
(dites aussi à pans coupés) sont également créés. Ils sont soit en verre soit en cristal.
Les jambes sont de type balustre inversé et parfois taillées à facettes.
Les gobelets, autre forme de verres à boire, sont créés pendant tout le
18ème siècle. Ils sont soit en verre opalin, soit en verre incolore soit en cristal. Ils
sont soit de facture grossière, soit émaillés (souvent naïfs), soit gravés
(circonstanciels ou patronymiques) soit dorés.
Enfin, des verres à façon d’Angleterre sont créés en France avec des
formes typiquement anglaises et souvent des jambes à twist.
Rappelons que le premier cristal fait en France, officiellement reconnu,
date de 1782 (bien après le cristal au plomb britannique). Les verres français en
cristal datent donc des dernières années du 18ème siècle. Ils sont le plus souvent
taillés et gravés. Certains d’entre eux se caractérisent par une jambe à gros balustre
inversé. La coupe est gravée et le balustre taillé à facettes. Le pied est surélevé avec
ourlet.
Bien évidemment dans cette époque de création verrière intense de
nombreux verres n’entrent pas dans cette ébauche de classification. Ils empruntent
des caractéristiques à plusieurs types de verre.
Les bouleversements introduits par la révolution française, la
suppression des privilèges ayant entraîné la disparition de nombreuses verreries, les
progrès des techniques verrières, l’apparition d’une nouvelle société au goût
prononcé pour le brillant du cristal conduisent à une modification profonde de la
création verrière française.
Les coupes ou flûtes à champagne
La légende raconte que la première coupe à champagne a été moulée sur le sein de la marquise de Pompadour (1721-1764), qui était la maîtresse favorite de Louis XV. D’autres prétendent qu’elle a été moulée sur le sein de Marie-Antoinette (1755-1793), reine de France et épouse de Louis XVI.

Ces légendes étaient probablement colportées pour donner une image décadente de la marquise de Pompadour et de Marie-Antoinette. Elles ont peut-être aussi pour origine un cadeau que Louis XVI fit à la reine : un service de porcelaines pour boire le lait, qui comportait des bols inspirés d’un modèle grec de l’Antiquité, en forme de sein.
En fait, la forme de cette coupe remonterait au XVIIe siècle, lorsque la France et l’Angleterre ont découvert le vin pétillant qui allait devenir le champagne. En 1621, un décret sur l’interdiction des fours à bois en Angleterre a forcé les fabriquants à produire des récipients en verre plus robustes. L’un d’entre eux a commencé à fortifier des verres avec de l’oxyde de plomb. Comme ces derniers étaient plus lourds, leur tige a été raccourcie. La coupe du vin mousseux a été conçue plus petite que celle de la bière ou du cidre parce qu’il s’agissait d’une boisson plus chère, qui contenait un pourcentage d’alcool plus élevé et se consommait donc en petite quantité.

Le cristal en France
C’est en 1627, en Angleterre, que naît le cristal, un verre composé d’oxyde de plomb.
La découverte du cristal a été, comme beaucoup d’autres inventions, purement fortuite. Elle remonte au XVIIème siècle en Angleterre lorsque l’Amirauté britannique pour assurer la production des mâts des navires dont elle avait besoin a décidé d’interdire l’utilisation du bois comme combustible. Les verriers se tournèrent donc vers d’autres sources d’énergie telles que le charbon récemment découvert. Fondant le verre dans des pots réfractaires ouverts, les verriers constatèrent cependant qu’une interaction se produisait entre la composition et la fusion du fait de l’oxyde de carbone et donnait au verre une coloration brunâtre. Pour remédier à ce grave inconvénient, les verriers décidèrent alors de travailler sur des fours couverts et nécessitant l’introduction d’un oxyde métallique. Ayant comme propriété d’accélérer la fusion, l’oxyde de plomb fut adjoint à la
composition. Quelle ne fut pas la surprise des verriers de constater que grâce à cet oxyde métallique, ils obtenaient un verre à l’éclat et à la sonorité exceptionnels.
La norme européenne, adoptée en 1969 à l’initiative de la Fédération, fixe à 24% le pourcentage de plomb dans la matière qui doit être atteint pour obtenir l’appellation cristal, et l’indice de réfraction de 1,545. Le plomb reste le seul oxyde métallique donnant au verre sont éclat et sa luminosité.
L’histoire des entreprises et des manufactures de cristal est peu évoquée dans l’exposition même celle de Baccarat .
La cristallerie de Saint-Louis.
En 1586, la verrerie de Holbach qui avait faute de bois, avait cessé de travailler en 1585, est
rétablie à Müntzthal.
En 1676, George Ravenscroft met au point en Angleterre le cristal au plomb ou flint glass.

En 1767, près de deux siècles après sa création, le roi Louis XV confère par lettres patentes à la verrerie de Müntzthal le titre de « Verrerie royale de Saint-Louis ». Quinze ans plus tard, François de Beaufort y met au point la formule du cristal en 1781. La découverte est reconnue par l’Académie des Sciences l’année suivante . Rebaptisée Cristallerie royale de Saint-Louis, la manufacture se consacre dès 1829 à la seule production du cristal et introduit notamment la notion du service de verres pour la table avec le célèbre modèle Trianon. La même année,Saint-Louis devient une société anonyme sous le nom de Compagnie des Verreries et Cristalleries de Saint-Louis et opère deux ans plus tard un rapprochement commercial avec Baccarat.

La cristallerie Baccarat
Après la fermeture des salines de Rozières en 1760, due à la baisse de salinité des eaux, une grande quantité de bois jusqu’alors apporté par flottage à Baccarat devenait disponible. Un des principaux propriétaires de la forêt vosgienne d’où venait ce bois flotté, à savoir Monseigneur de Montmorency-Laval, évêque de Metz) désirait leur trouver un autre usage et cherchait à faire créer à Baccarat une bouche à feux lucrative. Cela aurait pu être une forge s’il y avait eu du minerai de fer accessible sur place, ou une faïencerie, mais on lui préféra néanmoins une verrerie. La justification donnée à la création de cette entreprise dans une requête faite au Roi en 1764 par le propriétaire du
site, Monseigneur de Montmorency-Laval est « Sire, la France manque de verrerie d’art, et c’est pour cela que les produits de Bohême y entrent en si grande quantité : d’où il suit une exportation étonnante de deniers, au moment où le royaume en aurait si grand besoin pour se relever de la funeste guerre de Sept Ans, et alors que depuis 1760, nos bûcherons sont sans travail »
En 1764 le roi Louis XV donna la permission de fonder une verrerie de verre plat et de verre d’art : les Verreries de Sainte-Anne étaient nées dans la ville de Baccarat dans la Lorraine à l’évêque de Metz Louis-Joseph de Montmorency-Laval (1761-1802) qui créa cette manufacture avec un maître
verrier de Saint-Louis4. La production devait consister en la fabrication de carreaux à vitre, mais aussi de miroirs (argenté au mercure) et de services de verre.
En 1773, l’évêque vend sa manufacture au marchand verrier Antoine Renault, qui la garda jusqu’à sa ruine pendant la Révolution. L’enceinte de la verrerie sainte Anne est à proximité de la modeste bourgade de Baccarat. Les quatre fours en pleine activité consomment 21000 stères de bois. Il fabrique de la gobeleterie et du verre à vitre, ainsi que du verre de table de Bohême. La manufacture
n’a ni le niveau artistique ni la technique de fabrication de cristal au plomb maîtrisée à Saint-Louislès-Bitche.
En 1785, en prenant en compte les volumes de bois, les verreries sainte Anne représentent la troisième plus grande verrerie d’Europe, dépassée par la cristallerie de Saint-Louis-lès-Bitche et la cristallerie de Saint-Quirin.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.