Le canal de la Chine à Montréal

Le canal de Lachine est un canal traversant la section sud-ouest de l’île de Montréal entre le lac Saint-Louis et le Vieux Port. Il a joué un rôle important dans le développement de Montréal et a été désigné comme lieu historique national du Canada en 1996. Une piste cyclable et pédestre longe aujourd’hui les berges, et le canal est rouvert à la navigation de plaisance depuis 2002.C’est en 1821, à la suite de la pression des marchands montréalais, que la construction est commencée. Une importante main-d’œuvre, majoritairement constituée de travailleurs d’origine irlandaise, est mise à contribution, et on inaugure le canal en 1825. Le canal compte cinq écluses sur 14,5 km, permettant de franchir une dénivellation de 14 mètres. Sa profondeur est alors de 1,4 mètre.

Le canal est doublé en largeur et en profondeur entre 1843 et 1848. La force motrice de son eau est alors commercialisée sous la forme de « lots hydrauliques, » ce qui attire vite diverses industries dans les environs. Cette infrastructure joue ainsi un rôle important pour le développement économique de Montréal, car les entreprises avoisinantes emploient près de 25 000 travailleurs à son apogée.

En 1875, le canal est recreusé à son gabarit actuel de 4,3 mètres de profondeur.

Relégué au second plan après l’ouverture de la voie maritime du fleuve Saint-Laurent, qui a lieu en 1959, c’est finalement en 1970 que le canal ferme ses portes à la navigation. Le courant déjà amorcé depuis les années 1960, de nombreuses industries ferment leurs portes et près de 20 000 personnes se retrouvent au chômage. Le canal est rouvert pour la navigation de plaisance en 2002.

Ce canal, inauguré en 1825, a permis d’ouvrir à la navigation la voie tumultueuse du Haut Saint-Laurent et a joué un rôle majeur dans le développement de l’Ouest du pays. De plus, sa position stratégique entre les portions est et ouest du Saint-Laurent a amené, sur ses rives, la concentration industrielle la plus diversifiée du pays. Ces éléments ont également favorisé le développement du port de Montréal, faisant de cette ville la première métropole du Canada.
le canal de Lachine est le premier ouvrage à ne pas avoir été construit par les militaires. Ce sont les marchands de Montréal qui ont fait les pressions nécessaires pour la construction de ce canal et pour faire accepter par la législature le projet de loi visant sa réalisation. Ces hommes d’affaires, de plus en plus nombreux en ce début du XIXe siècle, provenaient principalement de Grande-Bretagne, un pays alors en pleine révolution industrielle. Les marchands étaient aussi très au fait de l’importance des canaux comme moyens de transport puisque la Grande-Bretagne vit une véritable « canal mania » entre 1760-1840. Les marchands de Montréal ne réussirent cependant pas à réunir l’ensemble des capitaux privés nécessaires et le gouvernement du Bas-Canada dut prendre en charge la plus grande partie du financement. L’ingénieur chargé des travaux fut un Britannique dénommé Thomas Burnett (17??-1824).

Le réseau de canalisations du Saint-Laurent qui relie Montréal au Lac Ontario a connu quatre grandes phases de développement pendant lesquelles les canaux de Lachine, Beauharnois (l’ancien), Cornwall, Williamsburg et Soulanges ont été construits. C’est durant la première phase que s’effectua, entre 1815-1821, la planification puis, entre 1821-1825, la construction du canal de Lachine. La deuxième phase fut marquée par un élargissement et un réaménagement important du canal montréalais qui, entre 1843-1849, a vu sa largeur et sa profondeur pratiquement doubler, une seconde série d’écluses ayant été construites parallèlement aux premières. C’est à ce moment que fut planifié l’aménagement de lots hydrauliques, sur le modèle de la ville de Lowell (Massachusetts), en offrant l’utilisation de l’énergie hydraulique pour favoriser l’implantation industrielle.
La troisième phase d’aménagement des canaux du Saint-Laurent s’amorça avec une nouvelle transformation du canal de Lachine qui, entre 1873-1885, vit ses premières écluses remplacées par de nouvelles, plus grandes, ouvrant la voie au passage de plus gros navires : ceci permit d’accroître substantiellement le trafic maritime. On assista également à un renforcement de l’implantation industrielle et de l’urbanisation de toute la zone limitrophe. Près de 600 industries se sont établies dans le corridor du canal de Lachine entre 1840 et 1950, regroupant près du quart des artisans et ouvriers du secteur manufacturier de Montréal. En 1959, suite à l’ouverture de l’actuelle Voie Maritime du Saint-Laurent, les autorités abandonnèrent progressivement le canal de Lachine et les autres canaux du Saint-Laurent. Le canal de Lachine fut définitivement fermé à toute navigation en 1970. Cette dernière phase a entraîné une énorme transformation de l’industrie montréalaise et un éclatement des centres de production en lien avec le développement du réseau routier et l’industrie du camionnage.

La promenade le long du canal est géré par Parcs Canada dont la mission est de veiller sur  sur les parcs nationaux, les lieux historiques nationaux et les aires marines nationales de conservation.
Des panneaux explicatifs sont disposées sur tout le long de la promenade pour signaler des
bâtiments importants de l’histoire industrielle de Montréal.
Les berges du canal sont devenus des lieux de promenades et de loisirs très prisés de montréalais avec des pistes cyclables, des sports aquatiques ( pédalos, canoe, descentes de rapides). Des résidences de luxe avec des piscines avec débordements, des petites marinas et des hangars à bateaux sont entrain de voir le jour sur ses rives. La morphologie de quartier est en train de changer .La reconnaissance en tant que lieu historique national du Canada du canal de Lachine se voulait une protection de son caractère distinctif ainsi qu’un agent de stimulation pour la mise en valeur de l’histoire industrielle du corridor. Toutefois malgré les efforts déployés par les institutions fédérales et par la Ville de Montréal, ce haut lieu de l’industrie manufacturière fait face aujourd’hui à une vague de développement qui menace les fonctions industrielles restantes et qui met en péril la sauvegarde des vestiges significatifs contribuant à la lecture et à la compréhension du paysage historique. D’autres efforts devront être faits pour mieux faire connaître et surtout protéger cet important patrimoine industriel canadien.
Depuis les mémoires pour justifier sa construction, les transformations subséquentes et les décisions entourant sa fermeture jusqu’aux études pour sa conservation et sa réutilisation, il n’a cessé d’être un sujet très prolifique. Il faut rappeler que dès 1924, il est reconnu d’importance nationale et qu’il a été déclaré lieu historique national du Canada en 1996, en raison de sa valeur de témoignage tangible et visible de l’histoire industrielle canadienne. Sa présence est elle-même investie d’un grand potentiel pédagogique susceptible d’intéresser un large public à ce champ de l’histoire canadienne.
il a fait l’objet de divers projets d’aménagement. Une première réhabilitation a été réalisée par le ministère des Travaux publics du Canada, qui y aménage une piste cyclable dans le cadre du programme « ACTION 77 » sur le principe d’un parc urbain à caractère récréatif. La prise en charge d’une partie du canal par Parcs Canada en 1978 a par la suite permis de réaliser un grand nombre d’études historiques portant sur la canalisation, l’histoire des canaux canadiens et québécois, les structures physiques du canal de Lachine, l’industrialisation et l’urbanisation. La section en aval, qui donne sur le Vieux-Port de Montréal, avait été entièrement remblayée entre 1965 et 1967. Passée sous la responsabilité de la Société du Vieux-Port de Montréal, cette section a été déblayée et aménagée en parc urbain entre 1990 et 1992. Cette fois-ci, la vocation maritime a été retenue. Une série d’écluses (écluses 1 et 2 nord) ont été restaurées et remises en état de marche et un premier bateau a pu les franchir près de 30 ans après leur fermeture.

C’est en 1996 que le corridor du canal de Lachine est reconnu par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada (CLMHC) comme lieu historique national du Canada. Cette même commission souligne l’importance nationale du canal comme voie navigable depuis 1924. Le statut de lieu historique national lui a été conféré en tant que témoin de trois aspects importants de l’évolution historique canadienne, tel qu’énoncé dans les objectifs de commémoration :

Les témoins de la période industrielle forment ce que l’on nomme le patrimoine industriel.En effet, ce qui caractérise particulièrement le patrimoine industriel, c’est qu’au-delà du bâti, il y a la technologie, les procédés de fabrication (les machines, la matière première, les produits finis, la transmission d’énergie, etc.), les ouvriers, les patrons, le paysage. C’est la connaissance précise des processus techniques, allant de l’organisation du travail à l’aménagement des bâtiments et du site, qui permet de faire ressortir la valeur et la spécificité du patrimoine industriel. Les témoins et leurs contextes ainsi que le lieu industriel servent à mieux connaître un passé plus ou moins récent, ainsi qu’à transmettre un savoir-faire aujourd’hui disparu mais qui a contribué à forger le savoir-faire actuel.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.