La poésie industrielle , l’euphorie de la machine et l’imaginaire de la technique

La poésie industrielle , l’euphorie de la machine et l’imaginaire de la technique
« L’industrie n’ a pas tué la poésie, elle lui ouvre un monde nouveaux »
Cette phrase est écrite pas par Achille Kauffmann dans un texte intitulé « la poésie de l’industrie » publié par la Revue de Paris dirigée par Maxime du Camp est le rédacteur.
Cet inaugure le courant de la poésie de l’industrie ou de la poésie industrielle.
Lorsqu’en 1845 l’Académie française ouvre un concours de poésie sur « La découverte de la vapeur», ce sujet s’inscrit dans une tradition d’odes, d’épîtres et de discours scientifiques et techniques mais il est polémique à plus d’un titre. Le financement public des travaux de chemins de fer a été âprement débattu à la Chambre quelques années auparavant et en 1842 une catastrophe ferroviaire meurtrière a favorisé les protestations des conservateurs. On comprend dès lors que Vigny, parmi beaucoup d’autres, prenne la plume pour méditer sur le problème culturel des chemins de fer . D’un point de vue de l’Académie , la question est d’abord celle de la langue littéraire susceptible de traiter d’une nouveauté technique.
Les résultats de ce concours seront publiés à l’occasion de l’exposition universelle de 1855. Et Maxime Du Camp publie en 1885, les chants modernes recueil de poèmes précédé d’une préface qui revendique un nouveau statut pour la poésie en phase avec le monde moderne par la collaboration avec les sciences et l’industrie qui lui offrent de nouveaux thèmes . Le succès de la première exposition universelle en France et surtout la désertion de l’exposition des Beaux-Arts au profit de l’annexe des machines font réfléchir les artistes. Certains comme Baudelaire, Leconte de Lisle s’oppose à ce qu’il nomme la contamination de l’esprit par la matière., Du Camp prend ainsi à sa manière le parti d’une certaine modernité. Mais une modernité qui ne doit rien à celle de Baudelaire et qui, dans les années 1850, n’a pas eu le succès escompté, en dépit de ses postulations. La question, qui sera abordée historiquement et poétiquement, soulevée ainsi par le recueil, est celle de la relation entre le poétique et le monde moderne : posée trop tôt et mal par Du Camp, elle trouvera cependant une réponse un demi-siècle plus tard avec ce qui se reconnaîtra sous l’appellation de modernisme .
Flaubert l’a bien compris, qui ne s’est pas privé de faire la leçon à son ami : « Dans la préface des Chants modernes tu as débité un tas de sornettes passablement déshonorantes, tu as célébré l’industrie et chanté la vapeur, ce qui est idiot et par trop saint-simonien. Tant de turpitudes ne t’ont pas encore satisfait et voilà que maintenant tu vas faire de la littérature administrative. » C’est en 1855, à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris, que paraissent Les Chants modernes. Dans ces années-là, Du Camp (né en 1822, soit un an après Baudelaire) est bien connu pour ses voyages dont il a fait des livres : Souvenirs et paysages d’Orient (1848), Egypte, Nubie, Palestine et Syrie (1852) – accompagné d’un reportage photographique – et il retirera quelque estime de ses ouvrages sur Paris, sur la Commune, sans parler de ses Souvenirs littéraires (1881-1882) qui présentent un témoignage.
Achille Kaufmann écrit : : “Allez jusqu’à Saint-Etienne, cette ville de charbon, de fer et de soie. Vous entendrez les pesants marteaux des fabriques d’armes retentir à côté des ateliers de rubans ; vous verrez les ouvriers noircis, brûlés, des houillères et des forges, mêlés aux jeunes filles qui tissent les crêpes et les gazes, et le même cours d’eau, le Furens, faire mouvoir en même temps les martinets et les ouvraisons de soie, les meules à aiguiser les sabres et les bobines de coton. Vous traverserez sur le rail une délicieuse vallée boisée, ombreuse, arrosée par le Gier (…), rafraîchie par le canal dont les bords sont d’une rare beauté, vallée que les poètes n’eussent jamais soupçonnée si l’industrie ne fut y tracer un sillon”.

Plus généralement, la poésie industrielle exprime l’idée que le monde, désormais couvert de câbles télégraphiques et de rails, a changé d’échelle
Pour d’autres comme Victor Hugo, la technique et la machine peuvent être imaginées comme un prolongement humain du développement naturel de la vie. Ainsi, c’est l’optimisme qui est à l’ordre du jour en 1853, dans Châtiments, où Hugo se montre fasciné par la « force des choses » :
« La matière, aujourd’hui vivante, jadis morte,
Hier écrasait l’homme et maintenant l’emporte. »
Cette solution hugolienne adoptée au nom de l’industrialisme, ne s’impose pas comme une évidence.
Entre romantisme et naturalisme , ce texte et ce mouvement littéraire de la poésie industrielle est un moment de l’histoire littéraire et de la situation de l’écrivain. La poésie de l’industrie est un imaginaire de la technique.
Ce courant littéraire a –t-il manqué à ce courant un grand écrivain comme Baudelaire ou Victor Hugo .
Emile Verhaeren, Les Villes Tentaculaires, « Les Usines », 1895
Le long poème « Les Usines » constitue un ensemble de 104 vers dont nous n’étudierons ici qu’un extrait. Le texte se présente comme un formidable crescendo. En étudiant les mots, les sons, les rythmes, la structure du poème, nous verrons comment le poète transpose en une puissante vision épique la réalité, alors nouvelle, des cités industrielles.
Emile Verhaeren est poète belge qui est né en 1855 et mort en 1916. Il avait 2 ans lorsque Verlaine a publié Les Fleurs Du Mal. Dans ses premiers recueils, il traite de sujet urbain, de la vie rurale, de paysage. A partir de 1887, il change d’esthétique en s’intéressant à la modernité. Parallèlement, c’est un poète qui s’est engagé au côté de socialistes : certains de ces poètes laissent comparaitre la compassion de la misère, de la condition ouvrière. En 1895, il publie Les Villes Tentaculaires, un recueil qui s’intéresse à la modernité urbaine. Cependant, il a un aspect négatif d’un monde moderne. Le poème « Les Usines » est composé de 12 strophes et dresse un tableau menaçant mais néanmoins complet et complexe des faubourgs industriels

Automatiques et minutieux,
Des ouvriers silencieux
Règlent le mouvement
D’universe le tictacquement
Qui fermente de fièvre et de folie
Et déchiquette, avec ses dents d’entêtement,
La parole humaine abolie.

Plus loin, un vacarme tonnant de chocs
Monte de l’ombre et s’érige par blocs ;
Et, tout à coup, cassant l’élan des violences,
Des murs de bruit semblent tomber
Et se taire, dans une mare de silence,
Tandis que les appels exacerbés
Des sifflets crus et des signaux
Hurlent soudain vers les fanaux,
Dressant leurs feux sauvages,
En buissons d’or, vers les nuages.

Et tout autour, ainsi qu’une ceinture,
Là-bas, de nocturnes architectures,
Voici les docks, les ports, les ponts, les phares
Et les gares folles de tintamarres ;
Et plus lointains encor des toits d’autres usines
Et des cuves et des forges et des cuisines
Formidables de naphte et de résines
Dont les meutes de feu et de lueurs grandies
Mordent parfois le ciel, à coups d’abois et d’incendies.

Cet extrait rend compte des bouleversements techniques qui marquent le passage du XIXème au XXème siècle : urbanisation galopante, multiplication des constructions en acier, augmentation de la population ouvrière . Mais les procédés d’écriture métamorphosent cet univers prosaïque / réel en un monde fantastique, ce qui révèle la fascination de Verhaeren pour cet univers en mutation. La modernité a un aspect sordide. Son originalité est que c’est le seul poème du corpus à donner une vision négative de la modernité. Ce poème est donc une célébration de la modernité en même temps qu’un rejet de ses injustices : la dimension sociale du texte pointe les aspects terribles de la modernité pour le peuple
« Il semble que tout l’effort industriel de l’homme, tous ses
calculs, toutes ses nuits de veille sur les épures n’aboutissent comme signes visibles
qu’à la seule simplicité comme s’il fallait l’expérience de plusieurs générations pour
dégager peu à peu la courbe d’une colonne, d’une carène, ou d’un fuselage d’avion,
jusqu’à leur rendre la pureté élémentaire de la courbe d’un sein ou d’une épaule » écrit Antoine de Saint-Exupéry en 1939 dans « Terre des hommes »

Et aujourd’hui ?
Les artistes se disent plus volontiers subversifs: les machines sont de préférence explicitées comme une
image métaphysique que comme figure du rapport ouvrier de l’homme à sa machine ;
Jean Tinguely expose ses machines absurdes au moment où elles culminent dans la
production industrielles.

En 2008, une exposition, Working Men, consacrée au travail dans l’art contemporain est
organisée . Ses initiateurs, Paul Ardenne et Barbara Polla, sont partis du constat
contradictoire entre l’intensité concrète du travail, devenue sans égale dans la société
actuelle, et la réticence de la plupart des artistes actifs aujourd’hui à en fournir une image
signifiante. Working Men tente de passer outre la difficulté de penser le travail dans une
réalité sociale mutante,
A l’heure du nuage numérique, des « opens spaces » quelle est la poésie de ce monde ? Sommes-nous condamnés à l’a-poésie.
Pour Federico Garcia Lorca , la poésie est « le mystère de toutes choses » . Alors le cloud , l’éphémère et l’obsolescence des objets , du monde de l’information et de la relation (réseaux sociaux) doit faire naitre un poésie de nouveau monde technique et industriel


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.