Une visite guidée au musée d’Ennery le 3 janvier 2015 avec une guide conférencière.

Une visite guidée au musée d’Ennery le 3 janvier 2015 avec une guide conférencière.

Le musée d’Ennery, situé au 59 de l’avenue Foch, anciennement avenue du Bois de Boulogne, constitue en lui-même le lieu d’une déclinaison spécifique de ce goût pour l’Extrême-Orient tel qu’il se manifeste en Europe au cours du dernier tiers du xixe siècle. Il offre, aux côtés du musée Guimet et des galeries du Panthéon bouddhique, un autre reflet de l’histoire de notre rencontre avec les expressions esthétiques et culturelles d’un continent décidément inspirateur de collections insignes et d’études appelées à de vastes développements.
L’histoire qui y est évoquée, en un lieu bâti pour abriter ces collections singulières, dont nul ajout, par dispositions testamentaires, ne vint briser l’homogénéité, relève autant de l’histoire littéraire et de l’évolution du goût esthétique en France que de l’écriture d’une page précise de l’histoire de l’art.

L’esprit de collection

La personnalité des premiers propriétaires des lieux, qui furent aussi ceux qui réunirent cet ensemble d’objets, apparaît ainsi comme un élément essentiel à la compréhension de cette histoire. Préserver l’esprit dans lequel ces œuvres furent non seulement réunies mais également exposées, au fil des pièces de cet hôtel particulier, apparaît comme une clé essentielle pour une juste restitution d’un moment spécifique de l’histoire du goût et de la connaissance.
Adolphe Philippe d’Ennery (1811-1899), journaliste, mais surtout dramaturge renommé et romancier, fut l’auteur d’une production littéraire considérable, dont une petite part seulement passa à la postérité. La collection extrême-orientale doit, elle, son existence à la perspicacité et à la passion de son épouse, Clémence d’Ennery, pour les arts de la Chine et du Japon, manifestées dès avant son mariage – qui eut lieu en 1881 dans l’hôtel particulier de l’avenue du Bois – à travers le prisme d’un goût prononcé pour le fantastique et s’insérant, plus largement, au cœur du développement contemporain du japonisme. Si la collection donne aujourd’hui l’exacte mesure de cette orientation particulière, des témoignages littéraires relèvent dès 1859 la singularité des prémisses de cet ensemble, alors réunis chez Clémence Desgranges, rue de l’Échiquier, et qualifiés de « ménagerie de la fantaisie1 », en retenant alors davantage la dimension iconographique et fantasmagorique, que le réel intérêt artistique.

Une conscience patrimoniale : la donation à l’État

À ce premier noyau, dont une part provenait de la famille de Clémence et avait donc été acquise en France bien avant l’éclosion du japonisme (il s’agit notamment de boîtes en laque du Japon et de porcelaines bleu-et-blanc), vinrent s’adjoindre des acquisitions régulières effectuées jusqu’à la fin du xixe siècle chez les grands marchands parisiens alors pourvoyeurs d’objets d’art chinois et japonais. Les inventaires mentionnent ainsi les noms de collectionneurs tels T. Hayashi, S. Bing, C. Langweill, A. Sichel, les frères Pohl, mais aussi de magasins plus éclectiques tels La Porte chinoise ou Le Bon Marché. Ils permettent ainsi d’affirmer que la collection de Clémence d’Ennery puisa aux mêmes sources que celles de grands collectionneurs contemporains, tel Philippe Burty. Sur les quelque 6 300 œuvres qui constituent la collection au moment de sa donation à l’État, plus de la moitié fut achetée entre 1890 et 1898, cette intensification des acquisitions s’expliquant par le projet d’une donation à l’État, formé par Clémence d’Ennery dès 1890.

Une mise en scène architecturale

Outre le geste du collectionneur, l’ensemble témoigne aujourd’hui d’un dessein plus vaste, puisque l’hôtel particulier bâti à partir de décembre 1875 avenue du Bois devait abriter très vite, selon un aménagement se devant d’être perpétué, les œuvres de la collection entière, rassemblées progressivement à Paris depuis les résidences d’Antibes ou de Villers-sur-Mer ; ainsi, dès novembre 1890, il est fait état d’un ensemble de 3 000 pièces, exposées au cœur des appartements privés sur des meubles ou à l’intérieur de vitrines en marquèterie spécifiquement commandées à cet usage ; parmi les ébénistes qui œuvrèrent à cette « mise en scène », Viardot compte parmi les plus célèbres, et leur apport contribue à faire de cette collection, dès 1890, un véritable ensemble éloquent tant du point de vue de l’histoire du netsuke, de la porcelaine chinoise et japonaise, des masques, que de celui de l’histoire des mythes, orientaux ainsi qu’européens, témoin d’un regard sur l’Extrême-Orient transmis à travers une certaine conception architecturale. Enfin, l’intention d’un legs de la collection à l’État, exprimé dès 1892, témoigne d’une conscience réelle, précoce, de l’intérêt de celle-ci. Si Émile Guimet, d’abord saisi du dossier, comme Georges Clemenceau, qui devait être l’exécuteur testamentaire du couple d’Ennery, furent les garants et fervents défenseurs de l’intérêt exceptionnel de l’ensemble, il n’en reste pas moins que ce dernier eut à souffrir au tournant des xixe et xxe siècles, mais aussi au cours des décennies suivantes, d’une certaine désaffection.
Si la valeur intrinsèque de la collection ne fait aucun doute aujourd’hui, puisqu’elle recèle, entre autres pièces d’exception, des chefs-d’œuvre uniques de la porcelaine japonaise ou de l’art du netsuke, l’exceptionnelle et mystérieuse force du lieu réside bien dans cette double lecture, rarement offerte au public, de pans entiers de l’histoire de l’art extrême-oriental, à l’aune à la fois de nos connaissances actuelles et de l’imaginaire poétique de la fin du xixe siècle

Le musée d’Ennery est accessible gratuitement au public uniquement sur réservation tous les samedis. Aucun billet ne peut être délivré ou vendu sur place.
15 personnes peuvent être accueillies simultanément dans ses collections sur réservation uniquement

Les collections
Parmi les 7 000 objets conservés au musée, essentiellement d’origine chinoise ou japonaise, on trouve notamment un rare ensemble de coffres et cabinets en bois laqué de style Namban, des années 1580-1590, des porcelaines à décor émaillé de style Kakiemon dont des poupées, 1 500 figurines de pierre dure (根付 netsuke), des céramiques de Kyoto du xviiie siècle, ainsi que des masques d’animaux et de chimères, mais peu de bronzes ou d’estampes, car la fondatrice “préférait la sculpture, une iconographie fantastique et la couleur”.

Certains panneaux décoratifs ont probablement été acquis lors des expositions universelles, d’autres importés du Vietnam furent intégrés à un bâti réalisé par Viardot.

Le musée, dont les œuvres sont présentées dans les vitrines d’origine aux parois incrustées de nacre, livre un témoignage fidèle de la passion pour l’Orient qui vit le jour sous le Second Empire et influença fortement l’art et le goût occidental par la suite.

Le parcours des collections.
Dans la première salle, les vitrines sont thématiques : vitrines « bleus » qui présentent des objets de couleur bleue, une vitrine « verte » présente des une collection d ‘émaux sur biscuit
Une autre vitrine présente des laques du Japon dont trois boîtes du XV ieme siècle.
Des vitrines présentent ensuite des collections par matériaux et techniques : cristal de roche, jades verts, jades blancs, céladons,
Dans la galerie d’apparat, c’est plutôt l’ambiance d’un cabinet de curiosité qui est rendu avec des objets provenant des expositions universelles. Une galerie des masques est organisée tout le long d’une des murs.
Une collection de coffres des « barbares du sud » complète la présentation avec des coffres portugais du XV ième siècle.

Les supports de médiation. Les présentations et les cartels sont d’origine conçus par les collectionneurs.

La visite guidée dure environ 1H30. Elle commence par un propos introductif sur d’Ennery et sa femme et explique comment la collection a été constituée.
Elle se poursuit ensuite devant les vitrines et la galerie d’apparat. La conférencière donne des explications sur le symbolisme des objets, le contexte culturel de l’orientalisme et le goût des chinoiseries. Elle donne aussi quelques explications sur les matériaux et les techniques.

Comment décrypter les régimes de la pensée opératoire ?
La visite conférence :Qui n’a pas arpenté un musée, un château ou une ville sous la conduite énergique et passionnée d’un guide-conférencier ? Féru d’art et d’histoire et doté de talents de conteur, ce professionnel dévoile au public l’histoire et les secrets des sites et des œuvres exposées.

Mais ses interventions ne sont pas improvisées : il prépare longuement chacune de ses “conférences” en s’informant sur les œuvres, leurs auteurs, les anecdotes qui leur sont liées… Pédagogue, il sait adapter son discours à son public, qui peut être composé d’amateurs comme de personnes à la culture artistique étendue. En général, il parle couramment une, voire plusieurs langues étrangères, culture et tourisme étant intimement liés…

Les guides-conférenciers travaillent essentiellement pour la Réunion des musées nationaux, le Centre des monuments nationaux et les “Villes d’art et d’histoire”.

Ses compétences : transmettre, raconter, communiquer.

Sa formation : une licence pro guide-conférencier est désormais indispensable pour obtenir la carte professionnelle. Elle est accessible notamment après un BTS tourisme, une L2 en histoire, histoire de l’art, LLCE (langues, littératures et civilisations étrangèresà, LEA (langues étrangères appliquées)
Il transmet un savoir par la parole dans le régime de la pratique . Le dialogue avec ses visiteurs se fait de façon informelle.Il raconte un récit autour des collections
Mais son métier s’exerce aussi dans le régime de la technique car il a acquis une certaine technicité car il est un professionnel de la médiation culturelle.Le médiateur culturel est intermédiaire entre les collections présentées et les différents publics (scolaires, professionnels, entreprises, etc.), il est l’auteur de stratégies provoquant la rencontre de l’objet avec son public (expositions, conférences, ateliers, travaux d’édition). Il utilise les multimédias, sait développer les outils d’information et de communication, et maîtrise les rouages institutionnels du secteur public ou privé.
Il s’inscrit aussi dans le régime de la technologie car il utilise les moyens de la muséographie qu’il à sa disposition.Le travail muséographique vise à favoriser la rencontre du public avec les contenus que l’on veut exposer, que ce soient des œuvres, des données et explications scientifiques, des valorisations historiques, ethnographiques… Il utilise différents support de médiation : cartels, fiches de salle, vidéo, multimédia pour construire un discours pour la remise en contexte des objets.

Le guide-conférencier est une médiation humaine qui complète les informations transmises dans les salle. Il possède un réel savoir-faire.

Conclusion:L’histoire des techniques, matières et matériaux dans la pratique des
musées de France se construire grâce aux métiers du patrimoine dont le guide-conférencier fait partie : il est à l’interface entre les « corps scientifiques » qui possèdent une partie des connaissances autour de l’histoire matérielle des collections que sont les conservateur et le public à qui ils doit transmettre ces connaissances et ces savoirs dans le régime de la pratique. En effet les connaissances ne circulent pas : elles se transmettent et se transfèrent. Le public doit se réapproprier ces connaissances en fonction de ses intérêts, de ses goûts. Le guide-conférencier participe donc à la construction du complexe technique et culturel autour des collections


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.