Comment construire un discours technique dans une exposition à travers un exemple : Baccarat, la légende du cristal , musée du Petit Palais à Paris (15 octobre 2014-4 janvier 2015)

Comment construire un discours technique dans une exposition à travers un exemple :
Baccarat, la légende du cristal , musée du Petit Palais à Paris (15 octobre 2014-4 janvier 2015)

« À l’occasion du 250e anniversaire de Baccarat, le Petit Palais expose dans ses Grandes Galeries les chefs d’oeuvre de la plus illustre manufacture de cristal au monde, étonnants témoignages de la virtuosité de ses artisans ». c’est ainsi qu’est présentée cette exposition sur le site internet du musée du petit Palais à paris.

Environ cinq cents pièces historiques sont présentées, en majorité provenant de la collection privée de la manufacture lorraine et complété d’emprunts au musée d’Orsay, au Louvre, aux Arts décoratifs, à la Cité de la Céramique, aux Arts et Métiers, au château de Compiègne et aux musées de Nancy.
Ainsi, sont présentées des oeuvres comme « Vase Négus », « la Toilette de la duchesse de Berry », ou les « Vases Simon » créés pour l’exposition universelle de 1867 à Paris. Des pièces de services issues de grandes commandes royales comme le tsar Nicolas II, l’empereur du Japon, ou encore des maharadjas témoignent du savoir-faire de Baccarat. Une table met en scène certaines de ces commandes dans le domaine de l’art de vivre. Une séquence de l’exposition retrace l’histoire du verre Harcourt, pièce iconique de la manufacture inspiré du calice d’apparat et gravé du monogramme royal commandé par le Roi Louis-Philippe en 1840.
Harcourt désigne une collection de verres de table en cristal de la maison Baccarat. Créée en 1841, elle se distingue par une ligne simple et la mise en valeur de la forme et porte le nom de « forme gondole à triple bouton ». C’est à l’occasion de l’exposition internationale de 1925 que la collection change, comme beaucoup d’autres chez Baccarat, de nom, celui d’Harcourt, faisant référence à l’une des plus vieilles famille noble française. Ces verres sont présents sur la table de Napoléon III puis des dîners présidentiels, d’ambassades et même du pape.

Cette exposition est organisée par l’entreprise Baccarat : c’est la culture de l’entreprise qui s’expose : un showroom :Boutique, espace de présentation d’un fabricant qui y présente ses nouveaux produits destinés à la vente. Caractéristique de l’univers de la mode, son usage s’est répandu à d’autres secteurs tels que la décoration intérieure, l’industrie de la chaussure, des bijoux ou de l’automobile.

Le showroom peut être permanent ou temporaire, destiné uniquement aux professionnels (journalistes ou acheteurs) ou au public en général.
Cette exposition a a été conçue pour fêter l’anniversaire de la manufacture qui par ailleurs possède déjà un musée à Paris.Le Musée Baccarat est un musée exposant à Paris une sélection de pièces fabriquées par la cristallerie Baccarat, en Lorraine.
Il est situé au 11 place des États-Unis, dans le 16e arrondissement, dans l’ancien hôtel particulier de Marie-Laure de Noailles, qui a été redécoré par Philippe Starck en 2003.

Avant de s’installer à cette adresse en 2003 le musée Baccarat se trouvait aux rue de Paradis dans le 10e arrondissement, dans les locaux d’un ancien dépôt et atelier de bronze de la maison Baccarat.
La rue de Paradis a été “la” rue du cristal, de la porcelaine et autre faïence du fait de la proximité de la gare de Paris-Est qui permettait l’acheminement des matières en provenance de la Lorraine notamment.Vers 1831 Baccarat, la Compagnie des Cristalleries de Saint Louis et deux autres verriers, Choisy-le-Roi et Bercy, chargent une maison parisienne, « Barbier, Launay et Cie » puis « Launay Hautin et Cie », sise au no 30 ou 30bis ou 32 de la rue de Paradis-Poissonnière, actuelle rue de Paradis, de la distribution de leurs produits.
Vers 1850, Baccarat et la Compagnie des Cristalleries de Saint Louis reprennent seuls les locaux, dont il ne reste aujourd’hui que la façade sur rue, datée de 1832.
La Compagnie des Cristalleries de Saint Louis y place un dépôt3 tout comme la maison Baccarat qui y installe aussi un atelier de bronze. La maison Baccarat y comptait 246 employés en 18994.
Ce bâtiment deviendra par la suite musée Baccarat jusqu’en 2003 et hébergera un temps la Pinacothèque de Paris à partir de 2003.
La manufacture possède aussi un musée dans la ville de Baccarat :Le musée Baccarat est le musée de la cristallerie Baccarat, situé dans la manufacture même, à Baccarat (Meurthe-et-Moselle). Il regroupe 1 100 objets de cristal dans quatre salles dont une salle consacré à la technique : il est le complément de la visite de l’usine.

Cette exposition est une exposition de type « Beaux-arts » . Les productions de la manufacture sont classées selon les grandes périodes de l’histoire de l’art et des courants artistiques depuis la créatio de l’Usine : orientalisme, art nouveau, art décoratif .
L’époque contemporaine est peu évoquée .
Si le choix du lieu, le petit palais est justifié car il a été construit pour l’Exposition universelle de 1900, les liens étroits de Baccarat avec les expositions universelle sont peu évoqués sauf par l’évocation dans le décor muséographique du stand à l’Exposition de 1855.
C’est une exposition du « bel objet » qui n’est pas contextualisé sans l’histoire des techniques ni même pas rapport à l’histoire du matéraiux.

En effet, qu’est-ce que le cristal ? L’exposition n’explique pas pourquoi et comment le cristal ?

C’est en 1627, en Angleterre, que naît le cristal, un verre composé d’oxyde de plomb.
La découverte du cristal a été, comme beaucoup d’autres inventions, purement fortuite. Elle remonte au XVIIème siècle en Angleterre lorsque l’Amirauté britannique pour assurer la production
des mâts des navires dont elle avait besoin a décidé d’interdire l’utilisation du bois comme combustible. Les verriers se tournèrent donc vers d’autres sources d’énergie telles que le charbon récemment découvert. Fondant le verre dans des pots réfractaires ouverts, les verriers constatèrent cependant qu’une interaction se produisait entre la composition et la fusion du fait de l’oxyde de carbone et donnait au verre une coloration brunâtre. Pour remédier à ce grave inconvénient, les
verriers décidèrent alors de travailler sur des fours couverts et nécessitant l’introduction d’un oxyde métallique. Ayant comme propriété d’accélérer la fusion, l’oxyde de plomb fut adjoint à la composition.
Quelle ne fut pas la surprise des verriers de constater que grâce à cet oxyde métallique, ils
obtenaient un verre à l’éclat et à la sonorité exceptionnels.
La norme européenne, adoptée en 1969 à l’initiative de la Fédération, fixe à 24% le pourcentage de plomb dans la matière qui doit être atteint pour obtenir l’appellation cristal, et l’indice de réfraction de 1,545. Le plomb reste le seul oxyde métallique donnant au verre sont éclat et sa luminosité.

L’histoire des entreprises et des manufactures de cristal est peu évoquée dans l’exposition même celle de Baccarat .
La cristallerie de Saint-Louis.
En 1586, la verrerie de Holbach qui avait faute de bois, avait cessé de travailler en 1585, est rétablie à Müntzthal.
En 1676, George Ravenscroft met au point en Angleterre le cristal au plomb ou flint glass.
En 1767, près de deux siècles après sa création, le roi Louis XV confère par lettres patentes à la verrerie de Müntzthal le titre de « Verrerie royale de Saint-Louis ». Quinze ans plus tard, François de Beaufort y met au point la formule du cristal en 1781. La découverte est reconnue par l’Académie des Sciences l’année suivante . Rebaptisée Cristallerie royale de Saint-Louis, la manufacture se consacre dès 1829 à la seule production du cristal et introduit notamment la notion du service de verres pour la table avec le célèbre modèle Trianon. La même année,Saint-Louis devient une société anonyme sous le nom de Compagnie des Verreries et Cristalleries de Saint-Louis et opère deux ans plus tard un rapprochement commercial avec Baccarat.
Aujourd’hui, Saint-Louis signe chaque jour des pièces en cristal réalisées par des maîtres verriers et des maîtres tailleurs comptant parmi les Meilleurs Ouvriers de France. Tous sont détenteurs d’un savoir-faire irremplaçable, enrichi de génération en génération. Grâce aux progrès autorisés par les procédés chimiques et mécaniques, pour certains inventés au XIXème siècle, Saint-Louis a également su initier les techniques les plus pointues de coloration du cristal, façonnage à chaud, taille à froid, gravure des motifs les plus sophistiqués et décor à l’or.

La cristallerie Baccarat.
Louis XV autorise la création d’une verrerie en 1764, à l’instigation de l’évêque de Metz soucieux d’écouler l’importante production locale de bois de chauffage. Un verrier du nom d’Antoine Renaut répond alors à ses sollicitations. Devenue cristallerie en 1817, elle est revendue à la Compagnie des Cristalleries en 1881 et a depuis atteint une renommée mondiale sous le simple nom de Baccarat.
Le nombre d’ouvriers croissant va permettre l’essor de la commune avec la construction de logements, écoles, commerces, routes et petites industries mais la guerre marquera un coup d’arrêt à ce développement. À la veille de la grande guerre, la ville héberge des troupes (20e Bataiilon de Chasseurs à Pied) à la caserne Haxo dont il reste quelques bâtiments aujourd’hui.
L’entre-deux-guerres est marquée par la construction de l’église, du pont et de l’Hôtel de Ville (1924). Durant la Seconde Guerre mondiale, de nombreux dégâts seront causés à la ville avec notamment la destruction de l’église en octobre 1944. Libérée par la 2e division blindée le 31 octobre de la même année, la ville reprend son essor industriel dès 1945. Les travaux de reconstruction de l’église saint Remy sont entrepris en 1953 et seront terminés en 195

Après la fermeture des salines de Rozières en 1760, due à la baisse de salinité des eaux, une grande quantité de bois jusqu’alors apporté par flottage à Baccarat devenait disponible. Un des principaux propriétaires de la forêt vosgienne d’où venait ce bois flotté, à savoir Monseigneur de Montmorency-Laval, évêque de Metz) désirait leur trouver un autre usage et cherchait à faire créer à Baccarat une bouche à feux lucrative. Cela aurait pu être une forge s’il y avait eu du minerai de fer accessible sur place, ou une faïencerie, mais on lui préféra néanmoins une verrerie. La justification donnée à la création de cette entreprise dans une requête faite au Roi en 1764 par le propriétaire du site, Monseigneur de Montmorency-Laval est « Sire, la France manque de verrerie d’art, et c’est pour cela que les produits de Bohême y entrent en si grande quantité : d’où il suit une exportation étonnante de deniers, au moment où le royaume en aurait si grand besoin pour se relever de la funeste guerre de Sept Ans, et alors que depuis 1760, nos bûcherons sont sans travail »3.

En 1764 le roi Louis XV donna la permission de fonder une verrerie de verre plat et de verre d’art : les Verreries de Sainte-Anne étaient nées dans la ville de Baccarat dans la Lorraine à l’évêque de Metz Louis-Joseph de Montmorency-Laval (1761-1802) qui créa cette manufacture avec un maître verrier de Saint-Louis4. La production devait consister en la fabrication de carreaux à vitre, mais aussi de miroirs (argenté au mercure) et de services de verre.

En 1773, l’évêque vend sa manufacture au marchand verrier Antoine Renault, qui la garda jusqu’à sa ruine pendant la Révolution. L’enceinte de la verrerie sainte Anne est à proximité de la modeste bourgade de Baccarat5. Les quatre fours en pleine activité consomment 21000 stères de bois. Il fabrique de la gobeleterie et du verre à vitre, ainsi que du verre de table de Bohême. La manufacture n’a ni le niveau artistique ni la technique de fabrication de cristal au plomb maîtrisée à Saint-Louis-lès-Bitche.

En 1785, en prenant en compte les volumes de bois6, les verreries sainte Anne représentent la troisième plus grande verrerie d’Europe, dépassée par la cristallerie de Saint-Louis-lès-Bitche et la cristallerie de Saint-Quirin.

Après la Révolution Française, l’entreprise connaît des aléas économiques. Dès le Consulat, les propriétaires se succèdent, et l’entreprise périclite jusqu’à sa faillite en 1806, date à laquelle elle fut vendue aux enchères à un négociant de Verdun. Les activités de la verrerie Sainte-Anne continuèrent ensuite avec difficulté jusqu’en 1813. Les deux derniers fours ne fonctionnent plus à cette date.

En 1816, l’établissement en friche est racheté par le financier et industriel Aimé-Gabriel d’Artigues (1773-1848), déjà propriétaire des Cristalleries de Vonêche dans les Pays-Bas du Sud, ce qui lui permet d’être autorisé à garder une clientèle française sans avoir a payer de taxes d’importation, exigible par la nouvelle barrière douanière. Vonêche, en aval de Givet, venait en effet de quitter le royaume de France pour le Royaume des Pays-Bas réunis7. En échange de son investissement et installation en France, Gabriel d’Artigues obtient du Roi de France le droit d’importer en France 10 000 quintaux de « cristaux bruts de Vonêche » à tailler et ciseler du 20 mars 1816 au 20 mars 1818, mais il doit en contrepartie en deux ans pour (re)lancer sur un lieu en France la production d’au moins 10 000 quintaux de cristaux de verre par an.

L’ancienne « Verrerie Saint-Anne » devient ainsi une cristallerie sous le nom de « Établissements de Vonêche à Baccarat ». Ce fut le début de la prestigieuse ascension de la Compagnie des Verrerie et cristalleries de Baccarat.

Le premier four à cristal de Baccarat, conformément à l’engagement de l’industriel auprès des autorités, commença à être allumé le 15 novembre 1816. Le second opère le 1er décembre 1817, le troisième le 19 mars 1818 le quatrième en 1819. L’usine modernisée avec une fabrique de minium compte jusqu’à 300 personnes employées sur le site.

Dès le début, la qualité éclatante des cristaux est là. Mais l’installation sous contrainte étatique dans la première époque économique difficile de la Restauration est difficile et a vite représenté un coût faramineux : les comptes de l’usine de Vonêche connaissent un passage dans le rouge, l’investisseur, accablé d’endettement après 1820, est tout autant épuisé et malade. L’entreprise a trop vite embauché sous la contrainte des autorités et peine à rentabiliser sa production. Elle se trouve en difficulté financière.

1822-1870 :

Bien que l’intitulé de la raison sociale de l’usine soit encore “Verrerie”, elle est en fait déjà spécialisée dans le cristal.

Pour perpétuer le démarrage autant satisfaisant par la qualité des produits que calamiteux par l’état des finances, Gabriel d’Artigues est forcé de livrer l’entreprise à trois associés plus fortunés : Pierre-Antoine Godard-Desmarest, ancien directeur des subsistances militaires sous l’Empire, François-Marie- Augustin Lescuyer-Vespin, propriétaire à Charleville, et Nicolas-Rémy Lolot, négociant à Charleville. Le rachat complet des parts s’effectue pour la somme de 396 000 F. Il est versé par les trois associés, en 1822 et 1823. Le parisien fortuné, Pierre-Antoine Godard-Desmarest achète aussi avant 1823 dans la Thiérache du nord de la France la verrerie de Trélon, petite usine proche de vastes forêts très productives en bois, et qui produisait jusqu’alors du verre à vitre (Dans l’ombre de la première, elle produira du cristal de 1826 à 1874 pour le compte de Baccarat).
En 1824 la cristallerie obtient le statut légal de Société anonyme

Baccarat reçut sa première commande royale en 1823 du roi Louis XVIII. Ce fut le début d’une longue série de commandes pour les familles royales et chefs d’état de toute la planète. En 1825, Godard père et Toussaint créent le service Harcourt. En réalité, ils nomment ce que la première équipe franco-belge autour d’Aimé-Gabriel d’Artigues avait mise au point. Mais les nouveaux propriétaires bénéficient d’une outrageuse période d’embellie économique, liée à une forte croissance du marché international, sur le marché du luxe. Par ailleurs, le choix stratégique du lieu, opéré par A.G. d’Artigues, s’avère idéale : en effet, sur le piémont vosgien, d’Épinal à Blamont, en passant par Rambervillers, Lunéville et Moyen, une multitude de faïenceries, bien actives, rachète les moindres déchets de verre-cristal pour fabriquer leurs couvertes de faïences.

En 1841, l’arrivée d’un ingénieur de trente ans, François-Eugène de Fontenay, déjà expert de la manufacture de Plaine de Walsch, dont l’exploitation s’était étendue au Vallerysthal, colorise les productions verrières. Ce chercheur avait mené les études sur les verres de couleur. Promu sous-directeur, il met au point les premiers presses-papiers multicolores en verre à 33% en Pb

En 1855, Baccarat gagna sa première médaille d’or à l’exposition universelle de Paris.

Baccarat dépose à partir de 1860 sa marque déposée sur ses pièces (La marque était alors une simple étiquette collée sur les pièces).La manufacture profite ainsi du traité de libre échange qui vient d’être signer entre la France et l’Angleterre.
Le 15 janvier 1860, Le Moniteur, journal officiel de l’Empire français, publie une lettre de Napoléon III à son ministre d’État, le banquier Eugène Fould. « Depuis longtemps, écrit l’empereur, on proclame cette vérité qu’il faut multiplier les moyens d’échanges pour rendre le commerce florissant ; que sans concurrence l’industrie reste stationnaire et conserve des prix qui s’opposent aux progrès de la consommation. » Ce manifeste libre-échangiste annonce un changement radical de politique commerciale de la France.

Quelques jours plus tard, un traité de commerce est signé entre la France et le Royaume-Uni, les deux premières puissances économiques d’alors, par Michel Chevalier, ancien saint-simonien et Richard Cobden, qui, en 1846, après quinze ans de luttes, était parvenu à obtenir la suppression unilatérale des droits anglais sur le blé, les fameuses « corn laws ».

Pour eux, la levée des droits est aussi un enjeu social et politique. Le 19 janvier, dans Le Journal des débats, Michel Chevalier assure que la « majeure part des bienfaits » du traité ira « aux ouvriers ». Plus loin, il promet que le « rapprochement commercial contrebalancera, s’il ne les efface pas, les haines politiques ».

La production de cristal prit son ampleur durant cette période dans la cristallerie de luxe, où Baccarat s’est construit une réputation mondiale en fabriquant des verres au plomb de très grande qualité, des chandeliers, des vases et des flacons de parfum.

1870-1936
L’ère impériale s’acheva en 1870 avec la défaite de Napoléon III. Les échanges extérieurs à la France commencèrent à avoir une plus grande influence sur le travail de Baccarat, particulièrement les importations du Japon.

Une forte croissance continua en Asie pour Baccarat, la manufacture pouvant y répondre par la mécanisation de certaines étapes de la fabrication. En 1891, 4 189 des 5 723 habitants travaillaient à la cristallerie ou vivaient avec des employés de la Cristallerie. Elle passe de 1 125 ouvriers en 1855 à 2 223 en 1900.
En 1936 Baccarat signe toutes ses pièces à l’acide ou au sablage.

Les cristalleries sont dirigées depuis 1868 par Paul Michaut, qui a été sous-directeur, administrateur-adjoint, puis administrateur-directeur, à la suite de son mariage avec la fille de jean-Baptiste Toussaint.
Paul Michaut a imprimé de sa forte personnalité les destinées de la compagnie, surtout à partir des années 1870, en ce qui concerne les transformations industrielles et les règles sociales, fondées sur un “ordre social” paternaliste et catholique, méfiant à l’égard des initiatives sociales antérieures. Son fils est à l’origine de la fondation d’une crèche (1895), d’un système de protection sociale combinant prévoyance et épargne, d’un fonds de chômage. La compagnie a d’ailleurs reçu un prix en 1889 lors de l’exposition sociale de 1889.

Depuis 1936
Baccarat créa une filiale américaine en 1948 à New York. En 2005 il existait 13 magasins aux États-Unis.
Une rétrospective fut tenue en 1964 au Musée du Louvre pour célébrer le 200e anniversaire des réalisations en cristal.
En 1994 Baccarat réalise un gigantesque lustre en cristal de 230 lumières pour son 230e anniversaire. Le chiffre d’affaire de la société s’élève à 472,5 millions de Francs

En 1993, en pleine crise du marché du luxe, Baccarat se met à la bijouterie. En 1997 elle étend son activité dans la parfumerie.
En 2005, le célèbre designer Philippe Starck dessine une collection spéciale “noire” : Darkside, dont le lustre Zenith.

Au début des années 1990, la société fabrique plus de 800 000 verres, toutes collections et commandes confondues.

À partir de 2002, des designers revisitent les verres Harcourt, comme Philippe Starck qui les noircit. Pour les 170 ans de la ligne, Baccarat les décline avec des médaillons représentant Louis XV et son épouse Marie Leszczynska (le roi ayant autorisé la création de la manufacture Baccarat)

Le statut de l’entreprise
En 1853, mademoiselle Godard-Desmarest, la riche héritière des cristalleries épouse Joseph, Dominique, Aldebert de Chambrun, philanthope inspiré par les idées de Le Play, qui n’a pas réussi à convaincre la direction de la société de suivre ses recommandations, jugées trop hardies, mais finança l’agrandissement de l’hôpital de Baccarat qui recueillit ses ouvriers les plus atteints (tuberculose, saturnisme des minionneurs, graves accidents du travail)17. La société restera dans la famille de Chambrun jusqu’en 1989 lorsque la Fondation Josée-et-René-de-Chambrun auquel René de Chambrun avait apporté ses actions céda au groupe Taittinger une part majoritaire du capital. Elle sera alors présidée par Anne-Claire Taittinger jusqu’en 2005.

Le groupe Taittinger céda son capital en juillet 2005 au fonds d’investissement américain Starwood Capital Group des frères Barry et Russell Sternlicht. Barry Sternlicht est l’actuel président de Baccarat.

La manufacture des cristaux de la Reine
La manufacture de cristaux de Sèvres est transférée au Creusot en 1784 car la proximité de la houille permet de réduire le coût de la fusion du verre puis de 1784 à 1788 la nouvelle cristallerie prend le nom de manufacture de Cristaux de la Reine. Durant la Révolution française et Restauration la cristallerie, réputée pour son procédé de taille en pointe de diamant, fonctionne de manière chaotique.

En 1818 la verrerie change de propriétaire puis est vendue en 1833 aux Compagnies de Baccarat et de Saint-Louis, et inutilisée est vendue aux frères Schneider en 1837 qui entreprennent des transformations en 1847 ; la cristallerie devient la résidence de la famille Schneider

Au début du xxe siècle les lieux, qui reçoivent la visite de chefs d’État étrangers, sont transformés en château avec parc, désormais appelé château de la Verrerie. Durant la Seconde Guerre mondiale il subit d’importantes dégradations sous l’occupation allemande et pendant les bombardements alliés. La ville du Creusot achète le château et son parc en 1969 puis y installe en 1971 le Musée de l’Homme et de l’Industrie, l’Écomusée et la Communauté Urbaine, puis en 1988 l’Académie François Bourdon.

L’exposition ne parle donc pas des matériaux. Elle ne parle pas non plus des techniques de mises en œuvres de la matière : soufflage, moulage, coulage….Ni des techniques de gravures que sont la gravure à la roue, à l’acide, au diamant…
Et l’obtention des couleurs n’est pas évoqué non plus, pas même le rouge , emblème de la maison Baccarat . Dès 1839, la manufacture se distingue en proposant des pièces de couleurs, dont la gamme de teintes proposées ne cessera dès lors de s’étoffer. La maitrise du cristal doublé couleur marque également une étape déterminante de l’histoire de Baccarat.
Le rouge à l’or d’une fusion entre le cristal clair et de la poudre d’or 24 carats, donnant à la matière cette incandescence vermillon : le cristal rouge Baccarat rayonne en un camaïeu de mille feux, du plus rosé au plus amarante, dont les miroitements révèlent un savoir faire autant qu’une passion. La plus haute expression, le rouge rubis, s’affiche dans la paire des majestueux vases “Simon” créés pour l’Exposition universelle de 1867 à Paris.
Le rubis doré (ou verre groseille) est un verre de couleur rouge fabriqué par addition de chlorure d’or au verre en fusion. De l’étain est parfois ajouté sous forme de chlorure d’étain(IV) en quantité très faible comme agent réducteur. C’est un matériau utilisé principalement pour la décoration.

Le rubis doré est fabriqué de manière artisanale plutôt qu’à l’échelle industrielle, du fait du coût élevé de l’or et de la finesse du procédé de mélange. Le chlorure d’or est préparé en dissolvant l’or métallique dans une solution d’acide nitrique et d’acide chlorhydrique. Le verre est généralement moulé ou soufflé. Le verre obtenu, durci, est une sorte de colloïde avec une phase solide (l’or colloïdal) dispersée dans une autre phase solide (le verre).

L’origine historique du rubis doré n’est pas claire. Une origine assyrienne est possible1. Le plus ancien objet identifié est la coupe de Lycurgue datant du IVe siècle. La technique s’est ensuite perdue et a été redécouverte au XVIII e siècle, soit en Bohème par Johann Kunckel, soit en Italie. La technique de sa fabrication a été décrite de manière très détaillée en 1612 dans l’Arte Vetraria, un ouvrage écrit par Antonio Neri pour les vénitiens, Ce livre fournit de nombreux détails sur la façon de colorer le verre, notamment le verre ruby à Venise,
Au XIXe siècle, est apparue une variante du verre ruby : le verre ruby Victorien ou
« cranberry glass », très appréciée en Angleterre.Ce type de verre ruby se démarque de son ancêtre par une teinte rouge plus légère, qui rappelle la couleur de la canneberge (« cranberry » en
anglais). C’est au XIX e siècle au Royaume-Uni que la production de rubis doré connut sa période la plus fameuse.
Au moment de la fabrication de ces verres, de l’or a été introduit dans la matrice
verrière. L’ensemble a ensuite été fondu à 1 300 °C, de sorte que le métal se répartisse de
manière homogène dans le mélange, après un traitement préalable à l’eau régale (traitement
acide de l’or). Puis le liquide obtenu a été lentement refroidi. À u ncertain moment, aux alentours
de 600 à 800 °C, le verre devient visqueux, ce qui offre toute la possibilité
de le travailler, le souffler, et donc lui donner toute forme souhaitée. Cet état a été maintenu pendant un certain temps avec une température constante, état qui permet de relâcher toute tension existant
au sein du verre. Il s’agit-là de la phase dite de « recuit ».La phase de recuit
permet aux atomes d’or de se déplacer encore légèrement dans le verre, puis lorsqu’ils se rencontrent, ils s’accrochent les uns aux autres, et de là se produit une croissance cristalline

Pourquoi cette exposition ne parle-t-elle pas de techniques, ni de matériaux ?
Elle est produite par la manufacture : elle est conçue comme un musée d’entreprise à la gloire de l’entreprise et pour ses clients. Elle se veut un catalogue des productions et des créations de la maison .
De plus, elle se tient dans un musée de Beaux-Arts et elle s’inscrit dans la stratégie de communication de l’entreprise.
La Manufacture pense que l’histoire des techniques n’intéresse pas ses clients. La technique a mauvaise presse et l’histoire des techniques est conçue comme ennuyeuse.

Les industriels s’intéressent peu à l’histoire des techniques et à leur histoire technique : ils ont du mal à s’investir dans la protection de leur patrimoine culturel :

Qand Saint-Gobain a décidé de quitter les lieux, depuis toujours inadaptés à leur usage industriel, en faisant don du site, mais aussi des déchets industriels accumulés depuis trois siècles, à la petite ville dont elle dépendait administrativement. Que faire de cette friche industrielle, étendue, complexe, qui referme aussi bien les contre-mines du château du Xllllème siècle que des installations du XVIIIème ? Les projets se succèdent, la municipalité ne peut rien faire seule, le conseil général fait la sourde oreille, et la compagnie s’estime assez généreuse en se débarrassant du site, sans s’y impliquer davantage. Les vestiges sont pourtant intéressants. Si aucune volonté politique ne vient à leur secours, il y a fort à parier que tout cela sombrera petit à petit dans la ruine et l’oubli.

Bibliographie
G. Bontemps,.
Guide du verrier : traité historique et pratique de la fabrication des verres, cristaux, vitraux .. Date de l’édition originale : 1868
Louis Bergeron et Gracia Dorel-Ferré”Le patrimoine industriel, un nouveau territoire” ; éditions Liris. 1996 Il s’agit d’une réflexion sur le champ disciplinaire lui-même. L’accent est mis sur les “visages du patrimoine industriel”, les logiques qu’il renferme, et les choix qu’il convient de faire pour sa conservation.
Catalogue de l’exposition « Baccarat, la légende du cristal » Editions Paris Musées / 2014


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.