Histoire des techniques au musée du temps de Besançon : analyse critique d’une visite en décembre 2014

Présentation du musée du temps à Besançon.
Le palais Granvelle a été restauré entre 1988 et 2002 pour en faire le Musée du Temps, musée d’histoire de Besançon, de sciences et d’horlogerie.Ce palais a été bâti de 1532 à 1540 été construit pour Nicolas Perrenot, seigneur de Granvelle, qui fut garde des sceaux et premier conseiller de l’empereur Charles Quint. Son fils Antoine, né en 1517, a travaillé lui aussi au service de l’empereur puis de son fils, Philippe II d’Espagne.
Les collections
Elles rassemblent 1 500 montres, ébauches et boîtes, plus d’une centaine d’horloges de parquet,comtoises et pendules, un ensemble très original de 2 000 gravures liées à l’horlogerie allant du
XVIe au XIXe siècle, mais aussi de nombreux outils, machines, matériels scientifiques passés et présents collectés auprès de laboratoires européens de haute technologie : résonateurs et oscillateurs à quartz ; micromanipulateurs et robots… Ces collections sont complétées par des fonds d’art et d’histoire : iconographies du temps, portraits, objets de la vie quotidienne, documents sur l’industrie
horlogère et sur l’histoire de la ville.
Le parcours
Au rez-de-chaussée est présenté le plan relief de Besançon. Cette maquette au 1/600ème de la citadelle de Besançon est la reproduction de celle de Ladevèze datant de 1722 qui est conservée au musée de l’armée aux Invalides.
Au premier étage du palais, la visite débute par l’histoire du palais Granvelle,
La salle de la cheminée évoque la figure de Nicolas Perrenot de Granvelle, le bâtisseur du Palais.
Elle nous transporte au XVIe siècle, à l’époque de la construction de l’édifice, symbole du patrimoine bisontin.
La galerie du du temps : elle tente d’expliquer l’histoire de la mesure du Temps à travers une sélection de pièces : cadrans solaires, calendriers de différentes cultures comme en témoignent un calendrier maya . Mesurer le Temps qui passe, implique d’être attentif aux phénomènes de la Nature, de repérer les rythmes, les répétitions, les régularités. Le cadran solaire découpe les
journées, le calendrier fixe les saisons, et le rythme des années.
Le cabinet de curiosité se veut une présentation de l’univers de la technique horlogère. C’est à la fois une réserve ouverte, où sont rangées les collections, un cabinet d’amateur, , et aussi un atelier d’horloger centré sur le fonctionnement des mécanismes.

Salle de la Tenture

La salle de la Tenture tire son nom de la série de sept tapisseries qui orne ses murs. La tenture, qui retrace la vie de Charles Quint. Sur les murs de la salle se succèdent les épisodes majeurs de l’histoire des Granvelle, de la Franche-Comté et de Besançon. Cette salle tente de présenter le
temps comme une suite chronologique d’une histoire d’une famille, les Granvelle . Le temps de l’Histoire universelle

Au deuxième étage se mêlent l’histoire de Besançon et l’histoire de l’horlogerie. Une première séquence est réservée au développement de la montre, notamment au XVIIIe siècle. Les premières vitrines évoquent la richesse esthétique des montres à cette époque.
Est présenté ensuite le rôle de Besançon dans l’industrie de la montre, sous différents aspects : processus de fabrication, rôle de l’école d’horlogerie, travail sur la boîte de montre. C’est également l’occasion d’évoquer le rôle joué par Lip, à travers une évocation de la vie industrielle et technologique de l’entreprise.
Le musée continue son parcours sur l’histoire de la mesure du temps à travers une présentation autour de l’horlogerie électrique, depuis les pendules jusqu’aux calibres de montres électriques développés à Besançon (R27 et R148), en insistant sur la notion de fréquence, puis sur la notion de piezo-électricité, qui permet d’évoquer l’horlogerie à quartz. La présentation de deux horloges atomiques (dont la première horloge atomique française) évoque le changement technologique avec un temps créé artificiellement, qu’aucun rapport ne lie plus au rythme solaire. L’horloge atomique est l’horloge la plus précise à l’heure actuelle. Plusieurs centaines d’horloges atomiques
dans le monde, dont trois à l’Observatoire de Besançon, contribuent aujourd’hui à la définition du temps atomique international.
Le parcours s’achève autour de la pièce maîtresse, la Leroy 01, montre la plus compliquée du monde de 1904, évoquant également le retour en force de la haute horlogerie mécanique à Besançon. Cette montre des superlatifs (7 ans de recherche et de travail, un boîtier entièrement en or 18 carats, un mouvement composé de 975 pièces) réunit 24 complications, chose jamais atteinte
auparavant. La Leroy 01 est le témoignage de la grande habileté des horlogers de la ville de Besançon.
Naissance du musée
Dès la fin du xixe siècle, suivant l’exemple des musées suisses, Besançon envisage de créer un musée d’horlogerie. Des collections sont constituées ; les tentatives nombreuses pour créer une
structure muséographique autonome se heurtent aux difficultés rencontrées par l’industrie horlogère elle-même. Mais l’idée d’un musée qui rende hommage à la mémoire collective bisontine, mémoire liée à la mesure du temps, apparaît de manière récurrente.
Dans les années 1980, la rencontre d’une volonté des élus et d’un projet scientifique fait alors mûrir le concept de musée du Temps. Ce projet a pour objet de mettre en synergie deux fonds de
collections municipales :
• d’une part, les collections d’horlogerie, constituées par le musée des Beaux-Arts depuis
environ 150 ans : montres, cadrans solaires, sabliers, collections enrichies à partir des années 1950 par l’ensemble des moyens de mesure du temps.
• d’autre part, les fonds réunis par le musée d’Histoire (tableaux, gravures) complétés à partir des années 1980 par la création d’un département d’histoire industrielle, attirant de
nouvelles collections d’horlogerie.

Le thème du temps, fédérateur de l’histoire et de l’horlogerie, s’impose et pousse à la création, sur ces bases, d’un nouveau musée : le musée du Temps. La municipalité de Besançon, ensuite
soutenue dans son initiative par l’Union européenne, le ministère de la Culture (Direction des musées de France et Direction de l’Architecture et du Patrimoine), le ministère de la Recherche, la région et le département, décide en 1987 à la place du musée d’Histoire de Besançon qui ferme en 1988 pour laisser place aux travaux de rénovation, menés par Pascal Prunet, architecte en chef des Monuments historiques.
À la suite d’un concours d’architecture en 1997, l’équipe de muséographie menée par Nathalie Giroud et François Haton a été choisie pour l’ensemble du musée. Une première tranche du projet a été réalisée à partir de décembre 2000 et inaugurée en juin 2002.
Musée de l’horlogerie à Morteau.

Le musée de l’horlogerie de Morteau, situé dans le château Pertusier à Morteau dans le Haut-Doubs, retrace l’histoire de l’horlogerie en Franche-Comté depuis le XVIII è siècle
Apparue dans la région de Morteau au XVIII e siècle,l’horlogerie était travaillée par les paysans (les paysans-horlogers) durant la rude saison d’hiver. Ces paysans créaient eux-mêmes l’outillage nécessaire ce qui a contribué à la renommée internationale de l’outillage de précision
Le musée abrite principalement des collections d’outils et de machines qui furent utilisés en horlogerie, ainsi que des collections de montres, d’horloges et de pendules.
Cette collection a été réunie par des anciens horlogers voyant leur industrie déclinée. Ils ont rassemblé des collections dans ce bâtiment de la Renaissance . C’est un musée de l’horlogerie fait par des horloger pour des horlogers.
C’est un tout petit musée qui se veut à la gloire de l’industrie horlogère à Morteau
La légende dit qu’en 1680, Daniel Jean richard, jeune forgeron de la Sagne, répara une montre importée d’Angleterre par un marchand et entreprit de la copier. L’organisation du travail horloger
sous l’Ancien Régime : un marchand-horloger ou établisseur regroupait les différentes parties de la montre données à des ouvriers isolés et les confiait à un maître horloger qui les assemblait. Les contrats d’embauche passés avec des ouvriers étaient d’un an. Il fallait travailler 12 heures par jour
et payer les outils nécessaires. Mais le métier payait bien : les paysans travaillaient à l’horlogerie lors des périodes creuses, et l’horloger y trouvait son compte en économisant sur la construction de bâtiments, et surtout trouvait de la main-d’oeuvre, fort rare (le même système existait à Cholet). À
l’époque, une vache laitière valait 90 livres. Une montre en argent fut vendue 156 livres au prieur en 1772 : elle donnait les heures, les répétait et elle était accompagnée d’une garantie d’un an. Près de 1 500 citoyens suisses qui partageaient les idées révolutionnaires vinrent à Besançon, Ornans,
Pontarlier et Morteau, pour y pratiquer ce métier. Mais le chômage apparut et certains retournèrent dans leur pays.
En 1835 fut créée à Morteau la première école d’horlogerie : elle comptait dix élèves. On y fabriquait des montres Lepine simples, façon Bréguet et demi-Bréguet. Toutes les parties, sauf la
boîte et le cadran, se faisaient à Morteau. En 1862, Besançon ouvrit sa propre école et Morteau s’effaça. En 1867, à l’exposition universelle de Paris apparurent les premières horloges Japy et les montres à remontoir Roskopf, du nom de son inventeur originaire de La Chaux-de-Fonds. L’arrivée des montres à bon marché provoqua un recul de l’industrie dans la région. Les horlogers se mirent alors à travailler pour le compte de leurs voisins suisses. En 1876, on comptait malgré tout onze
fabriques à Morteau. En 1880, commença la fabrication complète de la montre en série. La population de la ville était alors de 1826 habitants ; elle passa à 3576 en 1896.
C’est en 1880 également qu’un dénommé Belzon, qui venait des Pyrénées-Orientales, créa la grande fabrique. Il engagea huit cents ouvriers à la fois ! Doué d’un sens pratique étonnant mais mauvais gestionnaire, il fit faillite en voulant créer la « montre à cent sous ». Comble de l’ironie, c’est la fiabilité de ses produits, ne tombant presque jamais en panne, qui le perdit. Mais l’horlogerie restait bien implantée dans le Val : montres métal avec échappement à cylindre et à ancre ordinaire.
L’industrie horlogère est sur le déclin depuis quelques années, mais la fabrique de montres haut-degamme
Pequignet est encore assurée.Le lycée Edgar Faure des horlogers dans le cadre de son diplôme des métiers d’art :Au cours de leur apprentissage, les étudiants doivent réaliser une pièce
d’horlogerie qui couronne leurs six années de formation (CAP, BAC, DMA). Toutes leurs connaissances en construction, en usinage, mise au point, réglage et esthétique doivent être
rassemblées pour ce projet.

Ces deux musées consacrés à la technique horlogère appartiennent à la catégorie des musées des sciences et techniques. Ils devraient donc avoir comme projet culturel d’expliciter la technique et l’histoire des techniques aux visiteurs ,surtout non avertis .
Le musée de Morteau, créé par des horloger est musée modeste qui présentent des collections de machines à tailler les roues des montres . Il présente aussi la reconstitution au moyen de
mannequins l’atelier d’un horloger devant la fenêtre.
Mais les machines et les objets ne sont pas remis en contexte de l’histoire des techniques .
Les gestes techniques, la chaîne opératoire de la fabrication d’une montre est peu explicité .
Ce musée conçu par des anciens du métier n’explique pas la technique car pour eux la technique est implicite. C’est le régime de la pratique qui est opère . La technique se transmet au sein des ateliers.
Le musée est ici conçu comme un atelier d’horloger destiné à des visiteurs « initiés », des horlogers.
Le musée du Temps à Besançon inauguré en 2002 se veut à la fois un musée d’histoire, un musée des technique et un musée « philosophique » consacré à la notion du temps, de sa mesure et de sa perception.
Mais alors comment appréhender l’histoire des techniques dans un tel musée ?
L’histoire de l’échappement est peu explicité . En horlogerie, l’échappement est un mécanisme généralement placé entre la source d’énergie (ressort, poids, etc.) et l’organe réglant. L’échappement a pour but d’entretenir et de compter les oscillations du pendule d’une horloge ou du balancier d’une
montre.L’échappement que l’on utilise depuis le plus longtemps afin de mesurer le temps est celui dit à roue de rencontre, ou encore échappement à verge, avec régulateur à foliot. Il fut utilisé sur la plus ancienne horloge mécanique connue du monde occidental, celle du prieuré de Dunstable, datée de 1283.C’est Christian Huygens qui remplace le volant d’inertie par un pendule. Les premiers mécanismes dissipent beaucoup d’énergie, et le pendule a une course importante et assez variable pour que le problème des variations de marche en résultant soit compensé .Entre 1658 et 1659, Huygens travaille à la théorie du pendule oscillant. Il a en effet l’idée de réguler des horloges au moyen d’un pendule, afin de rendre la mesure du temps plus précise. Il découvre la formule de l’isochronisme rigoureux en décembre 1659 : lorsque l’extrémité du pendule parcourt un arc de
cycloïde, la période d’oscillation est constante quelle que soit l’amplitude
La principale amélioration viendra d’Angleterre : George Graham invente le mécanisme à ancre, encore utilisé sur nombre d’horloges du dix-neuvième siècle, illustré ci-dessus. Le principe est de ne faire agir la force motrice que par impulsion lorsque le régulateur passe au voisinage de sa position
d’équilibre : le reste de sa course, le balancier oscille presque librement et sa course en est ainsi beaucoup plus régulière .
Or le complexe technique que représente l’échappement est fondamental car il apporte une mesure du temps plus précise par la fréquence . La division du temps en heures, minutes et secondes permet la régularité . Avec la segmentation du temps, la précision de sa mesure, un nouveau régime apparaît, le régime opératoire de la technique qui va permettre l’organisation et la planification des activités humaines : la parcellisation des activités. La mécanisation, l’industrialisation du travail
commence avec l’horloge d’édifice considérée comme point de départ de la mesure du temps mécanique. Elle va organiser le temps de travail. Son mécanisme d’horlogerie sera à l’origine des
automates et de l’automatisation des gestes techniques.
L’horloge gagne les villes au XIVe siècle. Le développement de l’activité économique, la rationalisation des échanges et des règlements de travail imposent alors une indication du temps fiable et collective. A partir du XVIIIe siècle, l’horloge d’édifice se diffuse aussi dans les zones rurales. L’horloge d’édifice assure des rythmes de vie communs et, au même titre que la cloche, elle devient un symbole identitaire fort pour ceux qui l’entourent.
La mesure du temps est est le premier maillon de l’organisation rationnelle du travail ;
L’échappement modifie aussi la conception du temps et sa perception : il crée un imaginaire de la technique.
Cet échappement est peu présenté dans ce musée du Temps qui propose plutôt un parcours d’un cabinet de curiosité .
Un cabinet de curiosités était un lieu où étaient entreposés et exposés des objets collectionnés, avec un certain goût pour l’hétéroclisme et l’inédit. On y trouvait couramment des médailles, des antiquités, des objets d’histoire naturelle (comme des animaux empaillés, des insectes séchés, des coquillages, des squelettes, des carapaces, des herbiers, des fossiles) ou des oeuvres d’art.1
Ces cabinets n’avaient donc pas pour vocation à présenter la technique ou l’histoire des techniques et ils disparaissent aux XIX è siècle. Pourquoi alors utiliser ce procédé muséographique pour évoquer l ‘ « univers de la technique ». C’est une uchronie .
Comment parler de la technique au musée ?
Le paradoxe du musée est de faire surgir une totalité esthétique avec des fragments, des éléments épars, dotés d’une histoire technique qui leur est propre : supports, couleurs, fonte, etc. qui soustend la scénographie, tel un implicite. La scénographie elle-même suppose une matérialité incorporée et rendue invisible au public : étagère, accrochage, cartels, etc., , mais dont la présence interfère avec l’histoire technique de l’objet muséal, qu’il soit ou non objet d’art, et menacer à terme son existence. Par exemple, le public qui fréquente les musées ignore le rôle destructeur qu’a joué l’emploi de certains types de colle dans les présentoirs en verre, la nécessité qui en est résulté de
« rénover » les objets concernés (Arc’Antique). Il ignore la nécessité qu’il y a, pour les professionnels des musées, de faire face à la lente transformation des objets historiques.
De plus la vison de la technique dans un projet muséographique est morcelée, parcellisée :
l’objet collecté parce que porteur d’un message technique est alors dissout dans un grand tout.Le contexte de sa collecte n’est plus visible. L’objet dit « technique » est alors condamné dans un musée à un enfermement par une grille de lecture, une vison techniciste, un régime techniciste très réducteur de la technique que l’on appelle maintenant le patrimoine scientifique et technique, un système fermé. Le musée technique déborde du musée technique et la technique dépasse le musée technique pour envahir tout le champs muséal et constituer « archives matérielles de la technique »
avec les collections de musée.
1 Christine Davenne, Modernité du cabinet de curiosités, Editions L’Harmattan, 2004, p. 172


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.